Ajaccio: Baptistère San Giovanni

Des fouilles effectuées en 2005 ont mis au jour les vestiges d’un baptistère paléochrétien et d’une cathédrale du 6e siècle. Plusieurs fois remanié, ce baptistère servit jusqu’au 12e siècle, époque de la construction d’une nouvelle cathédrale pisane dont il ne reste que de rares vestiges.

Voir la vidéo du site

Situation géographiqueImprimer

Village:
Ajaccio
Chapelle:
Baptistère San Giovanni
Pieve:
Ajaccio
Diocèse:
Ajaccio

Coordonnées Google Earth:
41°55'45.49"N 8°44'15.42"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
41°55.762’N 8°44.261’E
Altitude:
13 m

Carte IGN:
Ajaccio 4153 OT, près de la gare, point 4180,8-530,8

Accessibilité:
le long du Boulevard Dominique Paoli, non loin du croisement avec la rue François Del Pelligrino

Modalités de visite:
en 2014 en chantier

Datation:
6e siècle, haut Moyen Age, 12e siècle
Dimensions:
édifice partiellement retrouvé

Classement monument historique:
inscrit en 2009 ; classé en 2013
28/04/2017:
12/05/2014

Galerie

Historique et description

Des découvertes fortuites depuis le milieu du 18e siècle et surtout au 20e siècle ont révélé les origines romaines d’Ajaccio. En 1963, un sondage effectué par G. Morachini-Mazel a ajouté un élément médiéval.
L’ hypothèse d’une occupation romaine à partir du 2e siècle ap. J.-C du golfe d’Ajaccio offrant un mouillage aux bateaux parcourant le bassin occidental de la Méditerranée et l’Afrique du Nord , s’est trouvée confirmée par les dernières fouilles entreprises par l’équipe de l’Inrap (Institut national de Recherches archéologiques préventives) lors d’une campagne de sauvetage avant la construction d’un immeuble et d’un parking souterrain. Cette campagne, réalisée du 14 mars au 10 juin 2005 sous la direction de Daniel Istria, a permis de mieux connaître l’histoire du site par la découverte des vestiges d’un baptistère paléochrétien et d’une cathédrale du 6e siècle, siège de l’évêché d’Ajaccio mentionné en 601 dans une lettre du pape Grégoire le Grand qui s’inquiète du manque d’évêque.
Le baptistère paléochrétien (première moitié du 6e siècle), reprenant des murs antérieurs, comportait une abside (de 4,6m x 3,5 m) au centre de laquelle a été aménagée une cuve baptismale cruciforme parfaitement conservée. Cette cuve, de 2,68 m sur 1,39 m pour une profondeur de 1,24 m, permettait les baptêmes par immersion. Elle fut au cours du temps, et certainement à deux reprises, transformée afin d’en réduite le volume. En communication avec le baptistère, s’élevait une église construite sur des édifices antérieurs. Seule la partie orientale a été mis au jour : une abside semi-circulaire faite de galets et de moellons de granite.
L’établissement d’un siège épiscopal favorisa un développement artisanal et agricole mais suite à un regroupement des évêchés autour de Mariana dans le courant de la fin du 7e-début du 8e siècle, Ajaccio est rabaissée au rang de simple église baptismale.
Au 11e siècle, toutefois, les cinq évêchés sont recréés ce qui entraina la construction d’une nouvelle cathédrale à Ajaccio. Il pourrait s’agir de l’édifice identifié en 1963 par un sondage. Cet édifice, décrit par Mgr Mascardi en 1587 comme étant de dimensions modestes (11m x 5 m environ), était dédié à la fois à Saint Baptiste et à Saint Eufrosio. L’édifice médiéval a été recouvert, en partie, par la chapelle funéraire des Pugliesi.
Dans le baptistère ancien qui le jouxtait, une nouvelle cuve baptismale fut aménagée à côté de la cuve d’origine paléochrétienne. Nettement plus petite, sans doute pour répondre aux normes liturgiques, elle a la forme d’un bassin cylindrique, d’un diamètre de 0,80 m pour une profondeur de 0,28 m.
Un important cimetière était installé à proximité dès le 5e siècle et un édifice fut construit pour recevoir les tombes. Quatre-vingt-une sépultures, dont les plus récentes datent du 16e siècle, ont été mises au jour.
Le site Alban fut donc utilisé comme un espace cultuel du 4° au 16e siècle. Mgr della Foata signale que l’église était encore debout au 17e siècle.
Lors de notre passage en 2014, le site était protégé par un toit et des plastiques. Suite au classement de 2013, il est prévu que les vestiges, situés au centre du projet immobilier, soient préservés dans un petit musée (antiquarium) ayant pour but de mettre en valeur le passé historique d’Ajaccio.

Bibliographie


Corse médiévale, Guides archéologiques de la France, 2014, p. 98-99
Duval N., Les premiers monuments chrétiens de la France, 1. Sud-Est et Corse, 1995, p. 315
Istria Daniel, La Corse archéologique, 1. Ajaccio, le groupe épiscopal, 2014
Michel F., Pasqualaggi D., Carte archéologique de la Gaule, La Corse, 2013, p. 83 et sv
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, t. 1 p. 106, t.2 p. 364
Moracchini-Mazel G., Les monuments paléochrétiens de la Corse, 1967, p.113-117
Moracchini-Mazel G., Corsica sacra, 2004, p. 272 et sv

Internet


academia.edu/Istria D., Pergola Ph., Considérations autour des découvertes récentes dans les complexes épiscopaux d’Ajaccio, Mariana et Sagone (Corse), p. 519-520
Ajaccio : ajaccio.fr/le-site-archeologique ; ajaccio.fr/le-baptistere-de-saint-jean-classe-au-titre-de-monument-historique
Corse Matin : corsematin.com/article/ajaccio/a-ajaccio-le-batistere-san-ghjuva-sera-t-il-la premiere decharge-classee
Corse net infos : corsenetinfos.fr/ajaccio-le-baptistere-de-saint-jean-classe-monument-historique
Culture.gouv.fr/public/mistral/merimee
France-romane.com
Inrap : inrap.fr/archeologie-preventive/ Actualites/communiques-de-presse/p-72 ;
inrap.fr/archeologie-preventive/Sites archeologiques/p-2561-Espace-Alban ;
inrap.fr/archeologie-preventive/Ressources/Audiovisuels/Reportages-videos/Reportages-2005
inrap.fr/iconotheque/ajaccio