Aleria: San Marcello

Il ne reste rien de la cathédrale du 12e siècle, si ce n’est quelques vestiges (murs mis au jour lors de fouilles récentes) et la présence de blocs dans la façade occidentale récemment décapée. L’antique Aléria vaut une visite car son site témoigne de l’importance de la romanisation de l’île dont elle fut la capitale.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Aléria
Chapelle:
San Marcello
Pieve:
Aléria
Diocèse:
Aleria

Coordonnées Google Earth:
42°06'16.05"N 9°30'43.00"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°6.267’N 9°30.719’E
Altitude:
35 m

Carte IGN:
Aleria, Ghisonaccia 4352 OT, point 4204,4-592,4 marqué fort genois

Accessibilité:
en voiture (site fléché avec parking) ; site antique au sud d'Aléria sur la N 193 vers Bonifacio, une centaine de mètres à  pied.

Modalités de visite:
église ouverte le dimanche matin ; se renseigner à  la mairie

Datation:
fondation 4e siècle, cathédrale pisane 12e siècle, église actuelle 19e siècle
Dimensions:
édifice entièrement reconstruit

Classement monument historique:
1987
21/10/2017:
15/09/2012

Galerie

Historique et description

L’ Aléria antique a livré les traces de 8.000 ans d’histoire.
Occupé dès le 6e millénaire, le plateau servit de refuge aux Phocéens qui créèrent vers 565 une ville, Alalia, qui devint leur métropole de 540 à 535 av. J.C.
En 259 av. J.C., les Romains s’en emparèrent et y développèrent une base militaire et un important port de commerce. Aléria, capitale de la Corse romaine, compta jusqu’à 80 000 habitants ! Des fouilles entreprises depuis les années 1950, ont livré un matériel intéressant mais bien des études restent encore à faire.
Une cathédrale chrétienne y fut érigée, sans doute au 4e siècle. La chute de l’empire romain et les invasions des Vandales mirent fin à cette époque d’or.
La cathédrale fut reconstruite au cours du 12e siècle dans le style roman pisan et devait ressembler à celle de Mariana, dite La Canonica, avec des bandes de polychromie et des pierres sculptées. Elle se trouvait alors à l’intérieur de l’espace fortifié.
Abandonnée au cours du temps, elle était encore debout au début du 19e siècle puisqu’elle est représentée sur une gravure : si le toit n’existe plus, les murs, conservés sur toute leur hauteur, délimitent une nef unique orientée E-W. Une petite porte est percée dans le mur sud appareillé de dalles soigneusement disposées en assises larges et minces alternées.
Au 19e siècle, on reconstruisit l’édifice en utilisant les pierres anciennes comme en témoigne la façade occidentale récemment décapée. Les pilastres sont, en effet, construits de ces belles pierres taillées typiques des édifices pisans. A. Grassi, qui visita la nouvelle église en 1865, mentionne la présence des pierres sculptées et le réemploi de pierres rouges.
Récemment (2010-2011), des sondages entrepris par l’Inrap ont mis au jour les pans de murs de la cathédrale pisane qui était légèrement décentrée par rapport à l’église actuelle. Des pavés translucides (souvent recouverts de condensation) disposés le long de la nef centrale, permettent de voir les murs anciens. Des sépultures ont également été découvertes. Les rapports des travaux devraient apporter plus d’éléments.
Deux blocs anciens sont encore visibles sur le mur sud : un animal bicéphale et une inscription mentionnant une restauration faite par l’évêque d’Aléria Ambroggio d’Omessa en 1462 (M CCCCLXII, OB VESCOV, O ANBROXO, D OMESA).
D’autres blocs sculptés, dont un chapiteau, ont été découverts dans une maçonnerie moderne du fort Matra. Ils sont aujourd’hui présentés dans le musée Carcopino. Datés du 9e siècle, ils proviennent d’une église d’Aléria, peut-être de San Marcello (?).
A l’intérieur de l’église, un très beau tableau du 18e siècle attribué à Francesco Carli, représente San Marcello debout et coiffé de la tiare, entouré de San Pancrazio et Santa Laurina. Saint Marcel élu pape en 309 mourut l’année suivante. Considéré comme responsable de troubles, il fut envoyé en exil par l’empereur Maxence et, en raison des mauvais traitements subis, est assimilé aux martyres. Il est fêté le 31 janvier.

Bibliographie

Chabot L., Aleria, 2015
Coroneo R., Chiese romaniche della Corsica, 2006, p. 44
Duval N., Les premiers monuments chrétiens de la France, 1. Sud-Est et Corse, 1995, p. 332
Guide Vert, 2009, p. 483
Haute Corse, Gallimard,2006, p. 258
Istria D., Pouvoirs et fortifications dans le nord de la Corse XIe-XIVe siècle, 2005, p. 435
Massiani St., La Corse et ses chapelles romanes, 1991, p. 88-89
Michel F., Pasqualaggi D., La Corse, Carte archéologique de la Gaule, 2013, p. 145 et sv pour la période romaine
Monuments de Corse, 2003, p. 99-101 (période romaine)
Moracchini-Mazel G., Corsica Sacra, 2004, p. 36-37, 241-242
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, t. I p. 103-104, t. 2 p. 355
Moracchini-Mazel G., Les monuments paléochrétiens de la Corse, 1967, p. 124-125
Pergola Ph., dans Corsica Christiana, 2001, p. 19 notice 29-30
Sites remarquables vus du ciel, Corse 2, 2010, p. 30 et 31

Internet


Corsicatheque/histoire(patrimoine)/eglises, chapelles et couvents
inrap.fr/archeologie-preventive/Actualites/Communique-de-presse/p-12972
Site de la commune d’Aléria
Google : eglise San Marcello Aleria