Appietto: San Quilico dite San Ghirgu

Remaniée et agrandie en 1332, la chapelle dite San Ghirgu ( mais dédiée à san Quilico ) se dresse sur une plate-forme dominant la vallée au sud du village. Il ne reste que quelques traces de l’époque romane, notamment l’arc de décharge au-dessus de la porte située au nord et un fragment d’archivolte inserré dans l’angle nord-ouest.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Appietto
Chapelle:
San Quilico
Pieve:
Appietto
Diocèse:
Ajaccio

Coordonnées Google Earth:
42°00'37.00"N 8°46'04.63"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°00.620’N 008°46.078’E
Altitude:
411 m

Carte IGN:
Ajaccio 4153 OT, point 4189,2-532,32 marqué Chapelle San Ghirgu

Accessibilité:
sur la D 581 vers Appietto, juste avant le cimetière, prendre une route à droite et monter vers le petit plateau

Modalités de visite:
extérieur accessible

Datation:
12e siècle
Dimensions:
21,65 m x 7,85 m

Classement monument historique:
29/06/2017:
21/09/2016 accompagné de Monsieur Hercule Colonna d'Istria

Galerie

Historique et description

Appietto compte plusieurs chapelles romanes. Celle de San Quilico ( dite San Ghirgu ) se situe sur un petit plateau au bord de la vallée, au sud du village. Elle jouit d’une superbe vue, non loin du rocher Gozzi.
Le plateau sur lequel elle est érigée est le départ d’un sentier vers ce célèbre rocher abritant les ruines du château des seigneurs de la Cinarca qui opposèrent à la république de Gênes une résistance redoutable qui prit fin à la fin du 15e siècle dans un bain de sang.


La chapelle a été remaniée et agrandie ; son orientation nord-sud est étonnante. Elle se compose actuellement de deux parties : l’abside rectangulaire, d’une longueur de 3,20 pour une largeur de 5 m, se prolonge par une nef plus large et très longue de 16,50 m de long sur 6,32 m de large. La longueur totale est donc de 19,70 m.
L’élévation est également inhabituelle : la partie nef est plus haute que le chœur.


Il y a deux portes : la première pratiquée dans la façade nord présente un linteau monolithe surmonté d’un arc de décharge fait de 9 claveaux. La porte latérale est surmontée d’un linteau en bâtière. Les 4 fenêtres (deux de chaque côté) sont rectangulaires ainsi que celle au-dessus de la porte nord.

L’appareil des murs est fait de pierres mal taillées sauf dans les angles composés de blocs plus soignés. Dans l’angle nord-ouest, on aperçoit un morceau d’archivolte aux traits gravés.


Mgr Mascardi en parle en mentionnant qu’elle est petite et en mauvais état avec deux portes, sans fenêtre si ce n’est une fente dans l’abside. Madame Morachini-Mazel ajoute que la chapelle paraît de fondation ancienne.

Monsieur Hercule Colonna d’Istria nous a éclairés sur l’histoire de la chapelle San Quilico. A l’origine, c’était un petit oratoire car l’église piévane se trouvait au pied du rocher Gozzi au lieu-dit pieve vecchia. C’est là que se trouvait l’église San Giovanni Battista, aujourd’hui disparue et dont une partie des pierres a été utilisée pour la construction de l’ancienne école. Il y avait quatre oratoires, disposés aux quatre points cardinaux du village.

Avec les invasions et les razzias, le village s’est déplacé vers la zone actuelle. C’était une zone très prospère fortement boisée jusqu’au grand incendie de 1941.

L’oratoire a été transformé au début du 14e siècle (1332) : la façade nord a été abattue et la nef agrandie tout en gardant le petit oratoire d’origine, ce qui explique la différence de hauteur entre les deux parties. Le recouvrement est différent aussi, si le chœur est recouvert d’une voûte en berceau en briques (élément assez rare), le reste de l’édifice est charpenté ; la toiture et le carrelage ont été refaits en 1980 sur les conseils de Mgr Zarzelli. Chaque année, on y célèbre la fête de San Quilico et un marché de Noël se tient sur l’esplanade.


Une autre chapelle, San Sisto, se situe, elle, sur la crête à plus de 800 m d’altitude.

Bibliographie

Michel F., Pasqualagi D., Carte archéologique de la Gaule, la Corse, 2013, p. 88
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, t. 2 p. 366

Internet

corsicatheque
Verges.jeanmarie.free.fr