Bigorno: Maria

L’église baroque de Santa Maria Assunta ne peut renier ses origines romanes : la base du mur nord est typique des édifices de la fin du 11e siècle et de nombreux blocs romans sont réutilisés dans les murs.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Bigorno
Chapelle:
Santa Maria
Pieve:
Bigorno
Diocèse:
Mariana

Coordonnées Google Earth:
42°31’37.11’’N 9°17’58.27’’E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°31.619’N 9°17.971’E
Altitude:
560 m

Carte IGN:
Vescovato 4349 OT au sud de Bigorno point 4248,5-571,3 marqué signe église

Accessibilité:
En contre-bas de Bigorno : dépasser Bigorno sur laD7et prendre à droite la D307

Modalités de visite:
extérieur accessible

Datation:
Fin 11e siècle
Dimensions:
église remaniée et agrandie

Classement monument historique:
29/06/2017:
14/05/2016

Galerie

Historique et description

L’église paroissiale de Bigorno, dédiée à Santa Maria Assunta, présente toutes les caractéristiques  baroques avec ses chapelles latérales et sa façade occidentale. Pourtant, on constate assez rapidement que dans les maçonneries se retrouvent des éléments romans : deux petits arcs, des fragments de moulures notamment disposés dans la façade ainsi que de nombreux blocs bien taillés, un morceau  d’archovolte et même une pierre gravée (mur sud). L’impression d’origine romane se trouve confirmée par le mur nord : il s’agit là d’une maçonnerie soignée formée d’une alternance d’assises larges ou minces, les dalles de schiste étant régulièrement posées. Si le reste de l’édifice a été agrandi, le mur a été conservé sur près de 2 m de haut. On constate d’ailleurs qu’il s’arrête dans une excroissance, sans doute une chapelle latérale.

La façade de cette église fait penser à l’église San Marcello d’Aleria avec ses pilastres semi-engagés réutilisant les blocs romans.

Dans le mur extérieur du chevet, se distinguent quelques blocs portant encore des traces de décor.

Mgr Marliani, en 1646, visita cette église la trouvant de belle structure, ancienne et aux pierres carrées.

Bigorno compte deux édifices romans : San Agostino sur la hauteur et Santa Maria dans le bas du village. Leur datation diffère : si la première est du 13e siècle, la seconde serait antérieure (11e siècle).

Bibliographie

Haute Corse, Gallimard, 2006, p. 180
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, t. 2 p. 221
Quilici T., Mannoni J.-P ., Pieve di Rustinu, 2011, p. 156-159