Borgo: S Appiano

L’ancienne église piévane Sant’Appien se dressant au milieu du cimetière n’est plus que ruines. D’origine préromane, elle fut maintes fois remaniée. Quelques blocs sculptés ont été réutilisés dans l’église paroissiale actuelle.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Borgo
Chapelle:
Sant' Appiano
Pieve:
Mariana ou Saint Appien
Diocèse:
Mariana

Coordonnées Google Earth:
42°33’18.55"N 9°25’21.03"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°33.308'N 9°25.352'E
Altitude:
303 m

Carte IGN:
Vescovato 4349 OT, dans cimetière, point 4254-581,3 marqué Sant Appiano

Accessibilité:
dans le cimetière

Modalités de visite:
accessible

Datation:
nombreuses transformations
Dimensions:
25,30 m x 6,10 m

Classement monument historique:
non
17/08/2017:
22/09/2015

Galerie

Historique et description

Les ruines de l’église Saint Appien se situent un peu en hauteur non loin de l’église paroissiale actuelle. Il ne reste que deux murs bien conservés : le mur ouest et le mur nord.


Tout le côté sud a disparu et l’abside a été complètement détruite par l’effondrement du campanile en 1972 mais les vestiges sont intéressants : ils surprennent par leur dimension car la nef unique atteint environ 25 m pour une largeur de 6,10 m et ils attestent de nombreux remaniements.
Les dimensions peuvent s’expliquer par le fait que Saint Appien était l’église piévane de Mariana, après la destruction de la cité antique au 5e siècle et a gardé son importance au cours des siècles, du moins jusque vers 1646 car Mgr Marliani nous apprend que, les fonctions paroissiales ayant été transférées à l’église de l’Annunziata, Saint Appien servit de siège à la confrérie de Santa Croce.


L’examen des murs montre des traces de nombreux remaniements : au milieu du mur nord, par exemple, des parties construites de petites pierres voisinent avec des dalles plus grandes. Cette partie centrale serait à dater du 10e siècle.
A d’autres endroits, on trouve des pierres taillées de façon grossière qui pourraient être un remploi d’un premier édifice préroman auquel appartiendraient les blocs sculptés intégrés dans l’église actuelle.
Les angles encore en place, par contre, sont particulièrement bien soignés avec des pierres plates régulières et bien assemblées.
La façade occidentale, envahie par du lierre, est percée d’une porte dont le linteau rectangulaire repose sur des corbeaux arrondis. On devine sous la végétation un arc de décharge dont le tympan a disparu
Tout le côté sud n’existe plus et à l’est, c’est un chaos de blocs effondrés envahis par la végétation. D’après les écrits, l’abside était à chevet plat et dotée d’une voûte en berceau. On aperçoit encore le départ de l’arc triomphal qui, d’après la photo publiée par G. Moracchini-Mazel, était composé de claveaux étroits.
Signalons encore que, dans la nef du côté ouest, des trous béants donnent sur l’arca.


Les ruines se dressent au milieu du cimetière et sont envahies par les tombes.
Pour avoir une approche complète des ruines de l’église Saint Appien, il faut aller voir l’église paroissiale actuelle : plusieurs blocs sculptés y sont réutilisés notamment le linteau de la porte principale. Celui-ci est décoré d’une ligne de denticules ou dents de scie se terminant, de chaque côté, par une sorte de croix. Ce linteau repose sur des corbeaux ornés de divers motifs.
Deux autres blocs servent de console à la porte latérale. Le mieux conservé présente un décor de deux rosaces à six branches séparées par un trait ondulé. Ces blocs sont à rapprocher de ceux de Brando ou encore de Prunelli di Fiumorbo et seraient à dater de l’époque préromane.


Le vocable de Saint Appien est un ancien vocable. On le retrouve aussi à Sagone.

Bibliographie

Michel F., Pasqualaggi D., Carte archéologique de la Gaule, La Corse, 2014, p. 199
Moracchini-Mazel G., Corsica Sacra, 2004, p. 247
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, t.1 p. 17, fig. 10, t. 2 p. 218-219

Internet

Giulani A., Gaffory V., “Ancienne église paroissiale S. Appien dite Sant’Appiano, cimetière », Médiathèque culturelle de la Corse et des Corses, m3c.univ-corse.fr