Bonifacio: Ermitage de la Trinité

L’ermitage de la Trinité est blotti dans un chaos de rocher assez grandiose. Il ne reste que peu de traces de l’origine romane du sanctuaire mais le lieu vaut la peine d’être visité et une promenade s’impose pour bénéficier du panorama superbe sur la côte et Bonifacio dans les rochers.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Bonifacio
Chapelle:
Ermitage de la Trinité
Pieve:
Abbaye de Monte Christo
Diocèse:

Coordonnées Google Earth:
41°24'20.20''N 9°07'25.56''E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
41°24.336'N 9°07.427'E
Altitude:
155 m

Carte IGN:
Bonifacio 4255 OT, au nord-ouest de Bonifacio, point 4123,2-567,8 marqué Ancien Ermitage de la Trinité

Accessibilité:
prendre la N 196 vers Sartène ; petite route à  gauche fléché

Modalités de visite:
site accessible ; oratoire ouvert les mercredis et samedis après-midi

Datation:
origine 7e-8e siècle ; 13e siècle ; remanié en 1880
Dimensions:
remanié et plan renversé

Classement monument historique:
-
27/06/2017:
04/05/2015

Galerie

Historique et description

Situé à quelques kilomètres au nord-ouest de Bonifacio, l’ermitage de la Trinité est blotti dans un site spectaculaire de rochers aux formes étranges. En surplomb de la mer, la vue sur la côte et Bonifacio dans le lointain est surprenante.


Se dressant sur une petite plate-forme dans les chênes-liège et les oliviers sauvages, le site était probablement fréquenté au temps de la préhistoire.
Il n’est pas étonnant qu’un lieu pareil ait été le refuge d’anachorètes ayant trouvé refuge dans les grottes au 5e siècle. Un premier sanctuaire a été bâti, peut-être aux 7e-8e siècles,  et agrandi par la suite.
Il n’est pas aisé de retrouver les traces romanes de l’édifice tant celui-ci a été remanié au cours des siècles. Pourtant dans un élément du mur nord, G. Moracchini-Mazel décèle la présence de pierres éclatées disposées de façon irrégulière pouvant indiquer une datation des 7e ou 8e siècles.

A la fin du 11e siècle, les Bénédictins transforment l’église ce que feront à leur tour les Franciscains à la fin du 13e siècle : remplacement de la charpente en bois par une voûte sur croisées d’ogives, choeur allongé vers l’est (et donc disparition de l’abside semi-circulaire). Pour soutenir la voûte, des contreforts sont construits à l’extérieur sans doute avec des pierres récupérées lors de la transformation. Ces pierres tranchent par leur couleur et par leur taille régulière (12e-13e siècle).

Le petit couvent desservant la chapelle sera construit ou restauré par les Capucins succèdant aux Franciscains en 1540.

Dans le courant du 18e siècle, le plan de l’église est retourné et le nouveau chœur doté d’un superbe autel en stucco lucido.

Nouvelle date importante : 1864 avec la transformation du petit ermitage en monastère qui le restera jusqu’au départ du dernier capucin (1924). Entretemps (en 1905), l’ermitage était devenu propriété de l’état.


Ce lieu reste un endroit de promenade et de recueillement lors de deux grandes fêtes : le 16 août, fête de la Trinité, et le 8 septembre, fête de la Nativité de la Vierge.

Bibliographie


Guide Bleu, 2009, p. 165
Guide vert, 2010, p. 442
Moracchini-Mazel G., Corsica sacra, 2004, p. 305
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, 2, p. 395

Internet


Voir au vocable
Corsicatheque