Canale di Verde: San Martino

La chapelle San Martino, superbement placée sur un promontoire bien dégagé, remonte au 10e siècle. Lors des travaux de restauration au 17e siècle, deux pierres ont été réutilisées dans le campanile.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Canale di Verde-Pastricciale
Chapelle:
San Martino
Pieve:
Verde
Diocèse:
Aleria

Coordonnées Google Earth:
42°16’28.84"N 9°28'51.77"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°16.480’N 9°28.862'E
Altitude:
348 m

Carte IGN:
Cervione 4351 OT, dans hameau de Pastricciale, point 4223,3-589,7

Accessibilité:
Au hameau de Pastricciale, passer sous le porche entre deux maisons ; la chapelle est au bord du promontoire

Modalités de visite:
extérieur accessible

Datation:
milieu du 10e siècle ; 17e siècle
Dimensions:
11,15 m x 5,35 m (ext)

Classement monument historique:
16/12/2017:
13/05/2015

Galerie

Historique et description

Posée sur un promontoire dominant la plaine, la chapelle San Martino bénéficie d’une situaition superbe.
On la connait actuellement sous le vocable de Saint Blaise.
Elle est en très bon état et ne semble pas avoir été trop modifiée si ce n’est par l’adjonction d’une chapelle au nord, d’un clocheton et de quelques modifications comme le percement d’une fenêtre dans le mur sud, sans doute au 17e siècle. Charpente et toiture ont été refaites


L’édifice est construit d’une alternance de petites pierres plates et de grandes dalles qui se retrouvent aussi aux angles, ce qui induirait une datation du 10e siècle.
L’abside, tournée vers l’est, est percée d’une petite fenêtre meurtrière. Deux portes donnaient accès à la nef de 11,15 m x 5,35 m (ext).
Si la porte sud est surmontée d’un linteau rectangulaire, la porte occidentale présente un arc en plein cintre formé de trois blocs gravés d’une ligne soulignant la courbure. Les piédroits sont composés de grandes dalleset comportent des traits gravés ; deux croix  et les lettres I.H.S. (Iesus Hominum Salvador, Jésus sauveur des hommes). A l’intérieur,  un plafond bas part juste au-dessus de l’arc  triomphal de l’abside.


Mgr Mascardi mentionne qu’elle menace ruines et qu’elle comporte un autel sous une abside peinte et un baptistère dans l’angle gauche en entrant. Les réfections et la construction du clocheton du 17e siècle ont donc sauvé l’édifice.
C’est à ce moment qu’ont été intégrées deux pierres intéressantes : l’une présente une inscription (sans doute une date) et l’autre un curieux petit personnage les bras levés et l’ébauche de quelques arcades. Ces blocs proviennent sans doute du côté nord et auraient été réutilisé dans le campanile lors du percement de la chapelle latérale.
Son aspect actuel est dû à des réparations et à la réfection de la charpente et de la toiture avec l’aide de l’A.S.C.O.

 

Bibliographie

Massiani St., La Corse et ses chapelles romanes, 1991, p. 76
Moracchini-Mazel G., Corsica Sacra, 2004, p. 315-316
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, 2, p. 306-307

Internet


Le site a été consolidé avec le soutien de l’ association ASCO
France-romane.com
Michel M., Soldati A., « chapelle Saint-Blaise », Mediatheque Culturelle de la Corse et des Corses (m3c.univ-corse.fr)