Canari-Giottani: Sant’Agostino

La chapelle ruinée de Sant’Agostino présente une belle abside au superbe arc triomphal. Progressivement envahie par la végétation, elle pourrait dater de la fin du 10e siècle et mériterait une meilleure mise en valeur.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Canari-Giottani
Chapelle:
Sant’Agostino
Pieve:
Canari
Diocèse:
Nebbio

Coordonnées Google Earth:
42°51’48.37"N 9°20’54.63"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°51.804'N 9°20.910'E
Altitude:
64 m

Carte IGN:
Cap Corse 4347 OT, au lieu dit San Agostino point 8286,5-573,4

Accessibilité:
sur la D80 en venant de Canari, avant le pont de la marine de Giottani et avant une barrière (sur la gauche), prendre à droite un sentier qui monte sur la roche (au point 42°51.904’N 9°20.783’E) ; quand sentier donne sur un autre, prendre à droite (prendre à gauche pour le pont gênois); bon sentier bien marqué à suivre pendant une dizaine de minute.

Modalités de visite:
Accessible à pied

Datation:
fin 10e siècle (Moreacchini) ; 12e - 13e siècle (Coroneo)
Dimensions:
environ 8,40 m x 4,70 m

Classement monument historique:
28/06/2017:
09/09/2016 guidés par Monsieur Toussaint Mattei

Galerie

Historique et description

Bien que située non loin d’une boucle de D80, la chapelle ruinée de San Agostino est cachée dans le maquis et on pourrait passer à côté d’elle sans la remarquer.

Elle se situe au bord d’un sentier menant à Luri non loin d’un très beau pont génois.

D’une nef unique de 8,40 m sur 4,70 m, elle se termine par une abside qui émerge de la végétation. L’arc triomphal est superbe : fait d’une alternance de claveaux larges et minces en schiste vert et gris, il présente en partie centrale non pas un claveau mais une série de petits claveaux. Les joints étant en retrait, la lumière joue et dessine des traits noirs séparant les éléments. La voûte en cul de four est formée d’un très petit appareil noyé dans un mortier de chaux mélangé de terre jaune. Au centre de l’abside, la fenêtre meurtrière possédait un parement en tuffeau (partiellement encore en place). L’extérieur de l’abside a été partiellement arraché par de récupérateurs de matériaux mais dans l’angle nord-est, le parement est encore bien place : on y remarque des assises de dalles de formats différents avec alternance de petites dalles allongées et d’autres plus importantes mais présentant toujours une succession d’assisses bien horizontales. L’angle est forcé par des blocs plus importants.

La nef, de 8,40 m de long sur 4,70 m de large, est dessinée au sol par des murs arasés, sauf le mur nord plus important à certains endroits. On peut y déceler des traces de réfection. Une seule porte est certaine : celle du mur occidental.

G. Moracchini-Mazel date cet édifice du 10e siècle, R. Coroneo des 12e-13e siècles.

 

Bibliographie

Coroneo R., Chiese romaniche della Corsica, 2006, p. 171
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, t.2 p.248Moracchini-Mazel G., Corsica Sacra, 2004, p. 108

Internet

Villagedecanari.pagesperso-orange.fr/patrimoine.htm