Capula: S Lorenzo

Située dans le site archéologique de Cucuruzzu-Capula, la chapelle, construite au 10e-11e siècle, est à mettre en rapport avec le château médiéval s’élevant sur une butte toute proche. Il n’en reste que le tracé car ses pierres ont servi à la construction d’une nouvelle chapelle terminée en 1916.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Capula
Chapelle:
San Lorenzo
Pieve:
Carbini
Diocèse:
Aleria

Coordonnées Google Earth:
41°43'17.65"N 9°07'58.44"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
41°43.291’N 9°7.977’E
Altitude:
740 m

Carte IGN:
Sartène 4254OT, au NNE de Levie, point marqué vest.Saint Laurent chap. point 4159,3-564,7

Accessibilité:
Laisser la voiture au parking du site archéologique de Cucuruzzu-Capula ; 30 min. sur chemin aménagé

Modalités de visite:
dans le site archéologique ; entrée payante

Datation:
10e-11e siècle
Dimensions:
18 m x 8 m

Classement monument historique:
26/04/2017:
13/09/2012

Galerie

Historique et description

Le plateau de Levie renferme des vestiges préhistoriques de première importance : le site de Cucuruzzu et celui, tout proche, de Capula.
Ils remontent tous les deux à l’âge du bronze (milieu du 2e millénaire av. J.C.) mais alors que Cucuruzzu fut abandonné à la fin du 3e siècle av. J.C., Capula devint au Moyen Age un important site défensif érigé par le seigneur Bianco, fils d’Ugo Colonna, envoyé en Corse au 9e siècle pour combattre les Sarrasins.
Les Biancolacci demeurèrent maitres de la région jusqu’au jour où Ladro Biancolacci fut vaincu par Guidice della Rocca en 1249. Capula fut alors détruite.
Au pied du château et non loin d’un menhir, s’élevait une chapelle romane, sans doute chapelle seigneuriale. Il n’en reste plus qu’un dallage en pierres et la base des murs entourée de pierres éparses qui en donnent le plan : 18 m x 8 m.
On peut encore voir clairement les murs nord et sud ; l’abside, orientée à l’est, est en partie perturbée par des arbres et le mur occidental n’a plus que quelques assises.
La chapelle romane aurait été détruite en 1914 et une nouvelle chapelle a été construite à quelques mètres de là (1914-1916) en grande partie avec les blocs de l’ancien édifice. On peut identifier sans difficulté le réemploi des blocs bien appareillés avec une patine laissée par le temps ainsi que des archivoltes échancrées surmontant les fenêtres meurtrières.
Il est intéressant de noter que la situation n’est pas anodine : un bel exemple de la christianisation d’un site occupé depuis la préhistoire.
Un pèlerinage à Saint Laurent a lieu chaque année le 9 août.

Bibliographie

Corse du Sud, Gallimard, 2006, p. 228
Guide Bleu, 2009, p. 205
Guide Vert, 2009, p. 411
Moracchini-Mazel G., Corsica Sacra, 2004, p. 32-33
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, t. 2 p. 352-353

Internet :


Verges.jeanmarie.free.fr