Castirla: San Michele


Petite chapelle à l’architecture préromane très simple et abritant de très belles fresques de la fin du 15e siècle dans la traditon byzantine, comme le Christ en majesté, mais avec une touche d’art local. Restaurées en 2011, les fresques sont superbes.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Castirla
Chapelle:
San Michele
Pieve:
Talcini
Diocèse:
Aleria

Coordonnées Google Earth:
42°22'20.21"N 9°08'50.12"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°22.339’ 09°08.827’
Altitude:
384 m

Carte IGN:
Corte 4250 OT, au nord de Corte, Castirla point 4231,6-561,3 marqué San Michele chap

Accessibilité:
en voiture : 12 km au nord de Corte ; sur le D 18 ; en contre-bas du village dans le cimetière

Modalités de visite:
se renseigner à  la mairie (04 95 47 41 40)

Datation:
entre le 7e et le 9e siècle ; fresques 15e siècle ; 18e siècle
Dimensions:
10 m x 4,50 m

Classement monument historique:
1958
21/08/2017:
15/05/2015

Galerie

Historique et description

Sauvée de la ruine une première fois en 1963, la toiture, refaite en 1983, n’a pas résisté aux intempéries. Lors de notre passage en septembre 2010, des étançons soutenaient les poutres de la charpente et une grande bâche recouvrait le toit. Les travaux de restauration ont été terminés en 2011 et les fresques restaurées sont plus belles que jamais.
Située dans le cimetière, la petite chapelle, est à mi-pente. Il faut descendre quelques marches pour accéder à la nef unique (10 m x 4,50 m) se terminant par une abside semi-circulaire voûtée en cul de four et décorée de belles fresques de la fin du 15e siècle.
L’architecture est assez simple : construite en pierres éclatées à peine taillées, la chapelle a été pourvue au 18e siècle d’un clocheton s’élevant dans l’angle sud-ouest. La porte occidentale est surmontée d’un linteau monolithe ; une seconde porte a été pratiquée dans le mur sud ainsi qu’une fenêtre postérieure à l’ensemble.
Si, par son mode de construction, elle appartient au groupe préroman le plus ancien entre le 7e et le 9e siècle, ses fresques sont un pur produit de la fin 15e siècle.
Un superbe Christ en majesté occupe le centre de l’abside. Il est assis sur un trône et tient un livre ouvert avec l’inscription habituelle : “Ego sum lux mundi et via veritas et vita » (Je suis la lumière du monde et la voie de la vérité et de la vie).
De part et d’autre, le tétramorphe : à droite : l’ange (Mathieu), le taureau (Luc) ; à gauche : l’aigle (Jean) et le lion (Marc).
En dessous des pieds du Christ, le collège des apôtres dont les noms sont indiqués dans un bandeau au-dessus des têtes. Ils sont présentés, de trois-quarts, alternativement dans un espace blanchâtre et dans un espace peint d’ocre rouge.
Sur l’arc triomphal souligné d’un décor en papier plié, figure l’annonciation : à gauche, l’ange Gabriel s’adresse à la Vierge située à droite. En dessous de la Vierge, Saint Michel (malheureusement fort dégradé) terrasse le dragon. De l’autre côté : une Vierge à l’Enfant.
Ces fresques reprennent la tradition byzantine (les yeux du Christ en sont un bel exemple) mais témoignent d’un art local parfois touchant (comme l’ange symbolisant Saint Mathieu).

Bibliographie

Corse médiévale, Guides archéologiques de France, 2014, p. 114
Faggianelli C. dans Corsica christiana, 2001, 2 p. 47 notice 81
Guide Bleu, 2009, p. 322-323
Guide Vert, 2009, p. 240
Haute Corse, Gallimard, 2006, p. 250
Massiani St., La Corse et ses chapelles romanes, 1991, p. 84
Michel F., Pasqualaggi D., Carte archéologique de la Gaule, La Corse, 2013, p. 209
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, t. 2 p. 328-329
Orsolini J., L’art de la fresque en Corse de 1450 à 1520, 2003, p. 67-71

Internet

corsicatheque/histoire(patrimoine)/eglises, chapelles et couvents
Culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr
France-romane.com
elizabethpardon.hautetfort.com
Jalladeau.fr
Romanes.com
verges.jeanmarie.free.fr