Carcheto: S Martino

Perchée sur une plate-forme dans les châtaigniers, la chapelle San Martino est en ruines et l’arc triomphal menace de s’effondrer. Datée du début du 10e siècle, elle présente de belles dalles en chainage et quelques gravures réparties sur les murs.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Carcheto
Chapelle:
San Martino
Pieve:
Orezza
Diocèse:
Aleria

Coordonnées Google Earth:
42°21’30.21"N 9°21’45.03"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°21.521N 9°21.745E
Altitude:
788 m

Carte IGN:
Cervione 4351 OT, au SSW de Carcheto, point 4230,1-578,1 marqué S. Martino Chap. Rnee

Accessibilité:
Au hameau de Casanova sur la D71, dans un tournant monter par une route en lacets. Aux dernières maisons, prendre le sentier de randonnée ; 15 min. de marche

Modalités de visite:
accessible

Datation:
début 10e siècle
Dimensions:
9,85 m x 4,50 m

Classement monument historique:
inventaire préliminaire
17/08/2017:
25/05/2015

Galerie

Historique et description

La chapelle San Martino est dans un bien piètre état. Depuis l’étude de Geneviève Moracchini-Mazel en 1967, l’abside et le mur occidental se sont écroulés en 2000. L’arc absidial résiste tant bien que mal : il n’est plus qu’un squelette à la merci des intempéries.


Selon le classement de G. Moracchini-Mazel, cette chapelle fait partie du groupe des édifices préromans. Elle intrigue par les gravures que l’on retrouve dispersées sur les murs, tant intérieurs qu’extérieurs.
Ses murs sont composés de pierres bien taillées, plus longues que hautes ajustées en joints vifs.
Les assises, alternativement minces ou plus hautes, sont parfaitement horizontales ce qui a nécessité parfois la taille de blocs pour en faciliter l’emboitement.


La nef, encombrée par les pierres éboulées est de taille moyenne : 9,85 m x 4,50 m ; elle se termine par une abside qui avait une petite fenêtre meurtrière et une voûte en cul de four. L’ arc absidial, en bien mauvais état, n’est plus qu’un arc composé grands claveaux très régulier à la merci de la prochaine tempête.
La façade occidentale était percée d’une porte surmontée d’un linteau en bâtière monolithe. C’était la seule ouverture de l’édifice.


Les motifs gravés sont surtout géométriques (zig-zag, quadrillage). On distingue aussi une croix et, plus intriguant, un petit personnage représenté couché.
Geneviève Moracchini-Mazel signale d’autres motifs, comme trois petits personnages, mais ceux-ci se trouvaient sur la façade occidentale qui s’est écroulée en 2000.

Bibliographie

Moracchini-Mazel G., Corsica Sacra, 2004, p. 325
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, 1, p. 46, 2, p. 318

Internet

culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr