Corte: Abbadia SS Pietro e Stefano de Venaco

Située au sud de Corte, l’abbadia SS Pietro e Stefano se positionne comme un impressionnant témoignage de la construction du 10e siècle avec son mur de près de 6 m de haut. Malgré la disparition de l’abside, le tracés des autres murs permettent d’en restituer le plan.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Corte
Chapelle:
Abbadia SS Pietro e Stefano de Venaco
Pieve:
Venaco
Diocèse:
Aleria

Coordonnées Google Earth:
42°17’23.02"N 9°09’28.06"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°17.387’N 9°09.477’E
Altitude:
527 m

Carte IGN:
Monte d’Oro Monte Rotondo 4251 OT, au sud de Corte point 4222,5-562

Accessibilité:
en sortant de Corte par la route du Calvaire, un sentier longe le mur de la dernière propriété avant l’embranchement avec la N 193 (poteau électrique)

Modalités de visite:
ruines accessibles

Datation:
10e, 11e siècle
Dimensions:
13,20 m x 8,30 m

Classement monument historique:
-
28/06/2017:
25/09/2016 avec Monsieur Jean-André Cancellieri

Galerie

Historique et description

Les ruines de l’ancienne abbadia des SS Pietro e Stefano se situent au sud de Corte au bout de la route du Calvaire un peu avant l’embranchement avec la N193 vers Ajaccio.

Les ruines sont envahies par la végétation mais le mur nord, presqu’intégralement conservé sur 6 m de haut, donne une idée de la hauteur de l’édifice et témoigne d’une construction du 10e siècle.

En plan, celui-ci devait atteindre 13,20 m de long sur 8,30 m et était orient est-ouest. Toute l’abside s’est effondrée sans doute suite à des affouillements et une maison avait été installée dans les ruines. Celle-ci s’est écroulée et les travaux de la FAGEC en 1975 et 1978 ont dégagé les éboulis afin de pouvoir dégager les assises de l’édifice et les consolider.

Cette étude a mis en évidence deux périodes de construction : la première au 10e siècle à laquelle appartient une grande partie du mur nord en calschiste gris de Corte (réfection dans l’angle NE) composé d’une alternance de dalles de revêtement assez larges et d’assises de petites pierres quadrangulaires régulièrement disposées formant des chainages encore timides. On y décèle une certaine fantaisie car les lignes « horizontales » ont tendance à s’incliner légèrement dans un sens ou dans un autre.  Le mortier utilisé est fait à base de chaux grasse et de sable de rivière, ce qui le rend très résistant. L’extérieur de l’angle nord-ouest ayant été arraché à la barre à mine, l’équipe de la FAGEC a comblé le vide par un coffrage de béton afin de le consolider et d’éviter l’effondrement du mur nord.

L’édifice a dû être repris à la fin du 11e siècle car le mur sud présente un grand appareil avec alternance d’assises très régulières, les unes minces, les autres larges.

Cette hypothèse de deux périodes de construction se trouve confortée par la découverte, dans les décombres de la maison écroulée, de pierres arrondies appartenant à deux absides différentes, l’une plus petite que l’autre.

Deux portes donnaient accès à l’intérieur de la nef unique : l’une à l’ouest (bouchée lors de l’installation de la maison), l’autre dans le mur sud. Le seuil de cette dernière porte encore les trous destinés à recevoir les vantaux.

Seize claveaux ont été retrouvés lors du dégagement. Ils ont été arbitrairement placés sur le mur sud.

L’abbadia dédiée à SS Pietro e Stefano apparait dans les textes en 957, date de l’acte de donation à l’abbaye de Monte Cristo par 3 seigneurs donateurs, Otto, Domenico et Guidoni, qui avaient offerts de nombreuses terres à l’abbé Silverio et fondé l’abbaye de Venaco en l’honneur de la Vierge Marie et de San Benedetto, au temps du roi Berlinghiero ( Beranger, roi d’Italie de 950 à 961). Cette donation fut contestée dans le temps mais à chaque fois confirmée.

 

Bibliographie

Abbayes primitives et monuments du Haut Moyen Age en Corse, X L’abbadia San Stefano de Venaco à Corte, Cahiers Corsica 114-115-116, 1986, p. 151-159, 163-174
Moracchini-Mazel G., Corsica Sacra, 2004, p. 121, 325
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, t.1 p. 42, t.2 p. 330, 414