Ghisoni: San Giovanni Battista

Dominant le fameux défilé de l’Inzecca sur un beau plateau, l’église San Giovanni Battista a connu de nombreux remaniements dans sa longue histoire avant de servir en partie de palier et de remise à foin.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Ghisoni
Chapelle:
San Giovanni Battista
Pieve:
Castello
Diocèse:
Aleria

Coordonnées Google Earth:
42°06'20.00"N 9°18'25.04"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°06.333’N 9°18.422’E
Altitude:
336 m

Carte IGN:
Aléria 4352 OT, au sud du col de Cardo, point 4202,3-575,4

Accessibilité:
Au sud du col de Cardo sur la D344a, prendre un sentier qui grimpe sur la droite (vers Ghisoni) ; suivre le chemin durant 10 min

Modalités de visite:
accessible

Datation:
9e, 10e (Moracchini) ; 12e-13e s. (Coroneo) ; transformations fin15e - début 16e, 17e siècle
Dimensions:
14,20 m x 8,10 m

Classement monument historique:
21/10/2017:
02/05/2013

Galerie

Historique et description

Comme beaucoup d’autres édifices, l’église piévane de Castello, San Giovanni Battista, a connu une histoire mouvementée, reflet des périodes de prospérité et d’insécurité qui ont marqué la Corse. Désacralisé, l’édifice servit, après la Révolution française, d’appui pour l’édification de remises à foin.
L’église est érigée sur un plateau qui fut jadis prospère : terre fertile et eau dominant la vallée du Fiumorbo et le fameux défilé de l’Inzecca. Non loin de là se dressait un castello médiéval.

Le site fut occupé dès l’époque romaine. Quelques vestiges en témoignent : débris de tuiles à crochets, morceaux de céramique arétine et sigillée. Selon G. Moracchini-Mazel, un premier édifice paléochrétien a sans doute existé dont des fragments de tuffeau ou de claveaux d’arc de fenêtre ont été remployés dans l’édifice actuel qui date du 9e siècle.
L’église serait contemporaine d’autres sanctuaires de la région comme Sagri, Covasina, Cursa ou encore Prunelli, si l’on se réfère au mode de construction des assises inférieures de l’abside aux pierres assez bien taillées. L’intérieur de l’abside et son étroite fenêtre sont aussi d’origine préromane ainsi que l’arc triomphal aux petits claveaux inégaux (à l’exception peut-être de quelques claveaux du sommet changés ou modifiés).

Au 10e siècle, l’édifice est restauré comme on peut le constater dans une partie du mur nord (vers l’angle nord-est) par l’alternance d’assises d’inégales hauteurs et des chainages.
Peu de restes des installations liturgiques : seul un mur de clôture de chœur avec sa porte a été retrouvé. Pas de trace de la cuve baptismale. Était-elle dans l’église ou dans un baptistère isolé ? La question reste posée.

D’après R. Coroneo, l’église aurait été construite entre la seconde moitié du 12e siècle et la première moitié du 13e siècle.

A la fin du 15e ou début 16e siècle, l’abside est couverte de fresques. En 1976, on y distinguait encore deux auréoles ayant entouré la tête des saints et un bandeau avec inscriptions courant à la hauteur de l’archivolte de la fenêtre.

1665 (date gravée sur une pierre à l’angle sud-ouest) : nouveaux remaniements ayant porté notamment sur la partie haute de l’abside.
L’édifice fut ensuite dénaturé par l’aménagement des paillers et voué à une lente agonie car de graves fissures menaçaient les murs.
A l’initiative de la FAGEC, deux campagnes de restauration ont permis de stopper les dégradations. Un premier chantier en 1975-76 a porté sur la consolidation de l’abside (colmatage des fissures et confection d’une nouvelle archivolte et piédroits dans des pierres d’origine retrouvée sur le site). Le second, en 2001, s’est occupé de la partie supérieure du mur nord, du fronton oriental et la couverture extérieure de l’abside.

La pieve de Castello comptait une autre chapelle : celle de San Paolo, datée elle aussi entre le 7e et le 9e siècle. Située au hameau de Sampolo, elle a été immergée dans l’extension du lac puis, à l’occasion d’une baisse des eaux, complètement démontée.

Bibliographie


Coroneo R., Chiese romaniche della Corsica, 2006, p. 171
Les églises piévanes de Corse de l’époque romaine au Moyen Age, XXV La piévanie de castello à Ghisoni, 211, 2003, p. 75-92
Michel F., Pasqualaggi D., Carte archéologique de la Gaule, La Corse, 2013, p. 218
Moracchini-Mazel G., Corsica Sacra, 2004, p. 230 : pour San Paolo p. 311
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, 1, p. 29-30, 2, p. 340
Sites remarquables vus du ciel, Corse 2, 2010, p. 71