Grosseto Prugna: Quilico

Le site de Frasso mérite une visite : belle promenade pour y accéder, découverte de la Casa del Conte, d’un village abandonné et, plus loin, de vestiges plus anciens : une tour ruinée et l’église San Quilico remontant au 11e siècle.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Grosseto-Prugna
Chapelle:
Quilico
Pieve:
Ajaccio
Diocèse:
Ajaccio

Coordonnées Google Earth:
41°53’02.70’’N 8°50’29.57’’E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
41°53.045’N 8°50.493’E
Altitude:
344 m

Carte IGN:
Ajaccio 4153 OT point marqué par deux carrés rouges

Accessibilité:
sentier de randonnée part du cimetière de Porticcio ; une bonne heure de montée pour arriver à la Casa del Conte (visible de loin). La chapelle se trouve 500 m plus au sud (tourner le dos à la Casa et prendre le sentier jusqu’au chemin forestier sur lequel il faut continuer environ 100m. La chapelle est dans le maquis sur la gauche.

Modalités de visite:
Accessible à pied

Datation:
11e siècle
Dimensions:
14,10 m x 4,29 m

Classement monument historique:
non
17/12/2017:
24/04/2016 guidés par Michaêl Longoni

Galerie

Historique et description

 

Le site de Frasso, bien documenté, est très intéressant car les vestiges sont importants : tour de Frasso et église San Quilico du 11e siècle ainsi que la “Casa del Conte” entourée d’un village abandonné.  De plus, on accède au site offrant un superbe panorama au bout d’une belle promenade

La « cour de Frasso » était au 11e siècle une des possessions des puissants marquis de Massa. Alberto Rufo fit don, en 1080, de cette cour et de son domaine au monastère toscan de San Venerio del Tino mais en 1126, le comte Polverello, seigneur de Frasso, qui avait sans doute récuperé ce fief, le donna à l’évêque d’Ajaccio qui porta jusqu’à la révolution française le titre de comte de Frasso. C’est d’ailleurs en souvenir de ce titre que Mgr de la Foata visita ce site en 1883 en compagnie d’un géomètre et qu’il laissa une description et des plans.

Le premier ensemble se compose des ruines de la tour, dite de Frasso, et de l’église San Quilico. La « tour de Frasso », actuellement presqu’arasée, faisait sans doute partie de la résidence du marquis Alberto Rufus et de son épouse, la comtesse Giulitta.

Mgr de la Foata mentionne une annexe à la tour dont il ne reste que quelques assises. De plan presque carré (5,60 m x 4,57 m), elle est construite sur la roche en place avec de beaux blocs soigneusement appareillés presqu’ à joints vifs. Ce type d’appareillage permettrait de dater cette tour du 11e siècle tout  comme l’église San Quilico située à quelques mètres.

Cette église, dont il ne reste que le mur sud et une partie du mur nord, a connu des reconstructions successives réutilisant en désordre de belles dalles de revêtement en granit jaune. Pourtant la base des murs sud et nord montre un alignement de dalles soigneusement taillées et appareillées à joints vifs et maçonnées au mortier de chaux. L’abside s’est écroulée mais on la devine sous les décombres.

La nef unique, de 14,10 m x 4,29 m, est orientée vers l’est et est accessible par deux portes, l’une à l’ouest, l’autre au sud.

L’édifice fut refait en 1621 comme en témoigne une date gravée sur un linteau de porte disparu mais mentionné par Mgr de la Foata. Dispersées dans le maquis, l’une ou l’autre maison ont été construites avec les blocs récupérés de l’église.

Le second ensemble, situé de l’autre côté d’un petit vallon, comporte la tour, dite del Conte, et les vestiges d’un village abandonné. Le monument le plus connu est certainement : la tour dite « del Conte » qui impressionna Prosper Mérimée lors de son voyage en Corse. Bâtie sur le rocher, elle est construite de grosses pierres de granit jaune soigneusement taillées et appareillées. Tour d’observation et de défense, on y accédait par une échelle que l’on remontait en cas de danger et une bretèche à mâchicoulis, située sur le seul côté accessible, permettait de lancer des projectiles sur les assaillants. A l’intérieur, une très belle cheminée et une seule fenêtre donnant sur le golfe. La datation de cette tour fait débat : 15e siècle pour les uns, plus tard pour les autres car elle présente les caractéristiques des maisons fortes du 16e siècle.

Tout autour dans la végétation subsistent les traces d’un village (murs de maison, four) qui fut abandonné à la fin du 16e siècle suite aux invasions barbaresques en 1584 mais dans lequel les habitants revinrent par la suite.

Le site fut donc habité, avec des interruptions, du 11e au 17e siècle. Sa découverte est un bon but de promenade familiale et offre une vue superbe sur le golfe d’Ajaccio.

 

Bibliographie

Corse Matin , dossiers, semaine du 15 au 2& mai 2015, Frassu au plus près de la Corse médiévale

Istria D., Pouvoirs et fortifications dans le Nord de la Corse, 2005, p. 87, 192
Mérimée P., Notes sur un voyage en Corse, 1840, p.168
Monuments de Corse, 2003, p. 154-155
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 2, p. 365, 435 ( sous la localisation d’Albitreccia)
Sites remarquables vus du ciel, Corse 2, p. 113

Zarzelli F., Moracchini-Maze G., Pietri J., Le castello et la rocca féodale en Corse, IV La torre di Frasso à Grosseto-Prugna, 1977, Cahiers Corsica 69-70, p. 76-96

Internet

Voir à Tour de Frasso, notamment la note du collège de Porticcio