Isolaccio di Fiumorbo: Santa Lucia

La longue chapelle Santa Lucia est un heureux exemple de remaniements successifs. Construite vers le 7e siècle, elle connut des adaptations jusqu’au 17e siècle qui préservèrent l’abside et une belle restauration au 20e siècle.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Isolaccio di Fiumorbo
Chapelle:
Santa Lucia
Pieve:
Cursa
Diocèse:
Aleria

Coordonnées Google Earth:
42°00'12.86"N 9°17'04.20"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°0.216’N 9°17.066’E
Altitude:
681 m

Carte IGN:
Aleria 3452 OT, point 4190,9-575,2 dans cimetière marqué chap.

Accessibilité:
dans la partie basse du cimetière d'Isolaccio di Fiumorbo

Modalités de visite:
accessible et ouverte

Datation:
7e, 10e, 11e s.(G. Moracchini),12e-13e s. (R. Coroneo) ; 16e-17e siècles
Dimensions:
14,70 m x 3,90 m

Classement monument historique:
27/06/2017:
11/05/2015

Galerie

Historique et description

Située en bordure du cimetière actuel, la chapelle Santa Lucia a été récemment rénovée et dotée d’une charpente toute neuve avec un toit de teghie. Elle porte les traces de nombreux remaniements.


Sa façade occidentale a manifestement été refaite au 16e ou au 17e siècle. Une plaque porte la date de 1561. La date de construction est contreversée : pour R. Coroneo, l’édifice a été bâti entre la seconde moitié du 12e siècle et la première moitié du 13e siècle ; pour G. Moracchini-Mazel, par contre, la chapelle remonte au 7e siècle et aurait connu des remaniements aux 10e et 11e siècles.
G. Moracchini-Mazel se base sur le type d’appareillage fait de petits blocs de granit taillés comme on peut le voir à la base des murs ainsi que la présence de fenêtres rectangulaires pour proposer une datation du 7e siècle.
Les blocs plus grands que l’on retrouve ailleurs dans les murs, soit bien appareillés, soit dispersés dans une maçonnerie moins soignée, pourraient dater des 10e et 11e siècles.
La nef, très longue par rapport à sa largeur (14,70m x 3,90 m), se termine par une abside percée d’une étroite fenêtre surmontée d’une archivolte échancrée. L’arc absidial est formé de claveaux taillés dans des blocs plus importants comme ceux des angles.
L’édifice présente deux portes : si la porte occidentale a été remaniée avec une ouverture semi-circulaire qui la surmonte, la porte sud semble d’origine avec son linteau monolithe. Quatre fenêtres éclairent l’intérieur, deux de chaque côté. Les deux fenêtres les plus proches de l’abside semblent aussi d’origine avec leur linteau monolithe. Les deux autres semblent plus tardives.
Le mur nord porte les traces d’une ouverture, également rectangulaire, qui a été obturée. Les fenêtres rectangulaires sont rares. On en rencontre pourtant un autre exemple à San Petruculo d’Accia.
La restauration de l’édifice met en valeur, à l’intérieur, la présence de l’arca car deux puits entourés de balustrade permettent d’en apercevoir le sol.


En Corse, une trentaine de chapelles est dédiée à Sainte Lucie, martyrisée au début du 4e siècle.
Le village compte une autre petite chapelle dédiée à Saint Roc. Joseph Orsolini y mentionne la présence de fresques de datation incertaine. Nous avons voulu aller les voir mais il paraît qu’une intervention récente les a recouvertes d’une couche de crépi.

Bibliographie

Coroneo R., Chiese romaniche della Corsica, 2006, p. 170
Massiani St., La Corse et ses chapelles romanes, 1991, p. 94
Michel F., Pasqualaggi D., La Corse, Carte archéologique de la Gaule, 2013, p. 219
Moracchini-Mazel G., Corsica Sacra, 2004, p. 24, 301
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, 2, p. 338
Orsolini J., L’art de la fresque en Corse de 1450 à 1520, 2003, p. 35 pour la chapelle Saint Roc

Internet

Chiari L., Laborde M., « Chapelle Sainte-Lucie dite Santa-Lucia », Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses (m3c.univ-corse.fr)