Lama: S Lorenzo

L’édifice à l’architecture méconnaissable conserve des fresques de la fin du 15e-16e siècle dans ce qui reste de l’abside.
Fresques émouvantes par leur caractère populaire mais très dégradées.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Lama
Chapelle:
San Lorenzo
Pieve:
Ostriconi
Diocèse:
Mariana

Coordonnées Google Earth:
42°34’46.55"N 9°09’11.09"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°34.773’ 009°09.190’
Altitude:
239 m

Carte IGN:
Ile Rousse 4249 0T au sud d’Urtaca, près de la nationale 197 point 4254,3-559,9 marqué Anc chap San Lorenzo

Accessibilité:
en voiture puis 5 min à pied ; sur la nationale 197 entre Urtaca et Lama, s’arrêter à l’aire de Tessa et continuer à pied le sentier qui longe une exploitation agricole. La chapelle est à quelques dizaines de mètres.

Modalités de visite:
extérieur seul accessible

Datation:
chapelle romane, fresques 15e-16e siècle
Dimensions:
10 m x 6 m

Classement monument historique:
fresques en 1995
28/04/2017:
15/05/2015

Galerie

Historique et description

Entourée d’arbres, l’ancienne chapelle San Lorenzo est à peine reconnaissable : transformée en pressoir puis en habitation, elle est dans un état d’abandon prononcé. Elle se situe à quelques dizaines de mètres de l’aire de repos de Tessa.
Il ne reste de roman que de vagues éléments : le départ de l’abside, le tracé de la porte occidentale et le réemploi de pierres bien taillées surtout dans les angles sud-ouest et nord-ouest.
A l’intérieur, complètement remanié, on aperçoit aussi les piédroits de la porte occidentale.
Constituée d’une nef unique de 10m sur 6m, elle se terminait par une abside décorée de fresques de la fin du 15e – début 16e siècle.
Sur la partie gauche, on distingue une tête d’apôtre un peu joufflu. Cette tête figure d’ailleurs sur le dépliant diffusé par l’office du tourisme. Il est entouré d’un motif décoratif qui remplit le reste de l’arc.
Au centre, on devine, plus qu’on ne voit, un Christ en majesté entouré d’une mandorle faite de motifs en losange. Il est entouré du tétramorphe dont seul le taureau symbolisant St Luc est identifiable.
Sur l’arc de droite, un autre visage, lui aussi mis dans une sorte de cadre entouré de motifs divers.
Malgré leur état de dégradation ces fresques témoignent d’un art plus populaire et moins figé que les fresques décorant les « grandes » chapelles à fresques”.
La chapelle a été rachetée par la Commune en 2005 qui a chargé, en 2015, une équipe de l’Inrap de faire l’étude préparatoire à une restauration.

Bibliographie

Massiani St., La Corse et ses chapelles romanes, 1991, p. 51
Moracchini-Mazel G., Corsica Sacra, 2004, p. 32
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, t. 2 p. 234
Orsolini J., L’art de la fresque en Corse de 1450 à 1520, 2003, p. 66

Internet


corsicatheque/histoire(patrimoine)/eglises, chapelles et couvents