Lavatoggio: San Cervone

Dressée au milieu du cimetière en contrebas de Lavatoggio, la chapelle est toute simple : nef unique, abside, porte occidentale avec un arc en plein cintre polychrome. Des dates gravées évoquent les différents remaniements de cet édifice construit avec grand soin.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Lavatoggio
Chapelle:
San Cervone
Pieve:
Aregno
Diocèse:
Aleria

Coordonnées Google Earth:
42°34'09.28"N 8°52'55.81"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42° 34.154’N 008° 52.925’E
Altitude:
389 m

Carte IGN:
Calvi 4149 OT, point 4251,5-536,5 marqué San Cervone Chap.

Accessibilité:
en voiture jusqu'à l'entrée du cimetière ; en venant de Lumio sur la départementale 71, dépasser Lavatoggio en direction de Cateri et prendre à droite un petit sentier en contre bas qui mène au cimetière.

Modalités de visite:
ouverte en permanence, par prudence : tel. à la mairie 04 95 61 70 70

Datation:
préromane ; remaniée aux 18e et 19e siècles
Dimensions:
7,50 m x 5 m

Classement monument historique:
Inscrite en 1987 et entièrement restaurée dans les années 1990-1991
21/10/2017:
22/07/2011 en compagnie du maire Monsieur Rodolphe Santelli

Galerie

Historique et description

C’est dans l’église baroque de Lavatoggio, se dressant sur une terrasse offrant un splendide paysage sur la côte, que se trouve la statue de San Cervone, son saint patron.
C’est pourtant au milieu du cimetière, situé en contrebas, qu’a été érigée la première chapelle qui lui a été dédiée. San Cervone fut évêque de Populonia et mourut en 545. Il semble avoir été honoré dès la fin du 6e siècle et plusieurs sanctuaires lui sont dédiés dès le 9e et 10e siècle.
On le fête le 10 octobre.
La petite chapelle est d’origine romane : elle est à nef unique et abside semi-circulaire ; elle se dresse sur un petit monticule d’où la vue est superbe sur la côte et toute la région d’ Ile Rousse. Elle a été restaurée dans les années 1990-1991.
La façade occidentale est la plus intéressante : la porte est délimitée par des claveaux polychromes en granit blanc et gris formant les piédroits de la porte et un arc en plein cintre. Ici pas de tympan, ni de linteau contrairement à la majorité des autres chapelles.
On peut apercevoir plusieurs dates gravées sur les blocs : 1203 sur un claveau de la porte occidentale, 1616 sur l’abside et 1818 en façade. Il s’agit probablement de dates de différentes restaurations. Une frise en teghie scande la partie supérieure de la façade.
Les murs latéraux ne présentent ni porte, ni fenêtre. Si les angles sont bien marqués par des blocs appareillés avec soin, les pierres constituant la chapelle sont taillées grossièrement ce qui incite Mme Moracchini-Mazel à considérer la chapelle comme préromane.
Notons encore l’importance et le soin accordé au soubassement du côté nord pour compenser une dénivellation du terrain.
La chapelle, de 7,50m sur 5m, présente, à l’intérieur, un chœur légèrement plus haut que la nef pavée de tomettes. Un arc triomphal ouvre sur une abside en cul de four, le tout recouvert de crépi. Sous ce crépi, “on devine le tracé de l’arc triomphal composé de claveaux de diverses couleurs » ajoute G. Moracchini-Mazel qui mentionne aussi que Mgr Mascardi, dans ses visites des églises corses, note, en 1589, la désaffection de la chapelle et celle du cimetière ne servant que pour les tout petits enfants, les adultes étant enterrés dans l’église.

Bibliographie

Haute Corse, Gallimard, 2006, p. 204-205
Moracchini-Mazel G., Corsica Sacra, 2004, p. 114
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, t.2 p. 345

Site internet :


corsicatheque/histoire(patrimoine)/eglises, chapelles et couvents
culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr
France-romane.com