Moca Croce: Sa Maria dite Abbadia

La jolie chapelle de la seconde moitié du 10e siècle ou du 12e siècle, dite Abbadia, est située en pleine nature. Récemment restaurée, elle est simple mais de proportions très harmonieuses. On la découvre après une promenade agréable par un sentier ombragé.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Moca Croce
Chapelle:
Santa Maria Assunta di Cruscaglia
Pieve:
Cruscaglia
Diocèse:
Ajaccio

Coordonnées Google Earth:
41°48’27.98"N 9°00’01.40"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
41°48.485’ 009°00.012’
Altitude:
359 m

Carte IGN:
4253 0T, Petreto-Bicchisano, au sso de Moca-Croce, point 4166,7-553,9 marqué Abbadia chap

Accessibilité:
à 2 km du village, jolie promenade ; sur la D 757 allant de Petreto à Moca-Croce, avant ce village, dans un tournant sur la gauche se dresse une croix près d'une maison. Laisser la voiture et descendre le chemin entre la croix et la maison pendant une dizaine de minutes. Passer un ruisseau. La chapelle est sur une petite plate-forme.

Modalités de visite:
se renseigner à la mairie (04 95 24 38 73)

Datation:
seconde moitié du 10e siècle (Moracchini), 12e s. (R. Coroneo)
Dimensions:
12,40 m x 7,15 m

Classement monument historique:
1926
27/06/2017:
19/04/2013

Galerie

Historique et description

L’ancienne Abbadia se dresse sur une petite éminence à 2km environ en contrebas des villages de Moca-Croce en pleine nature.
Elle dépendait de l’abbaye bénédictine de San Benigno de Gênes et n’est distante qu’à 20 minutes de marche des ruines de la piévanie de Cruscaglia. Des vestiges de petites dimensions visibles à proximité de l’édifice sont sans doute les traces des petits bâtiments conventuels déjà en ruines en 1441 (lettre du pape Eugène IV). La tradition garde le souvenir de la présence de frères puis d’un ermite.
Un escalier donne accès à la chapelle édifiée sur une plate-forme soutenue par un important mur de soutènement. Une des pierres de l’escalier semble être une archivolte de fenêtre meurtrière.
Construit au début du 10e siècle de dalles moyennes régulièrement taillées, l’édifice est sobre : il ne présente aucun décor mais ses proportions sont élégantes. Il connut différentes interventions : le clocheton de l’angle sud-est est postérieur (17e siècle), le mur nord porte des traces de réfection et, tout dernièrement, la façade occidentale a été remaniée.
La nef, de 12,40m x 7,15 m, se termine par une abside semi-circulaire recouverte d’un toit en teghie. Une petite fenêtre centrale en meurtrière, surmontée d’une pierre échancrée, éclaire le chœur et une croix évidée se dessine dans le fronton est. Des peintures murales occupaient le mur sud mais elles ne sont plus conservées. Mgr Mascardi les mentionne dans son rapport de 1587.
Deux portes donnent accès à l’édifice : l’une dans la façade ouest (remaniée) et l’autre pratiquée dans le mur nord. A l’intérieur, un arc triomphal formé de claveaux ouvre sur le chœur légèrement plus haut que le niveau de la chapelle. Les diverses fenêtres ont été modifiées et sont toutes rectangulaires (une dans les murs sud et nord) ; celle de la façade occidentale est dotée d’un vitrail dédié à la Nativité.
La chapelle, entièrement restaurée, est encore régulièrement fréquentée par les habitants des alentours et il est de tradition de sonner la cloche lorsqu’on y passe ; le 8 septembre se tient l’office annuel.

Bibliographie

Coroneo R., Chiese romaniche della Corsica, 2006, p. 126
Corse du Sud, Gallimard, 2009, p. 187
Massiani St., La Corse et ses chapelles romanes, 1991, p. 101-102
Moracchini-Mazel G., Corsica Sacra, 2004, p. 328
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, t. I p. 21, 56, t. 2 p. 374, 435, 436
Poncin L., Guide du Taravo, patrimoine d’une vallée, 2004, p. 161

Internet


Voir sites en tapant le nom de Moca-Croce
Culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr
France-romane.com
Découvrirlacorse.chez.com/romanes