Murzo: San Lorenzo

L’église baroque de Murzo présente, dans le mur sud, un petit bloc sculpté montrant un visage encadré de deux bras levés aux mains ouvertes, seul vestige d’un édifice roman précédent.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Murzo
Chapelle:
San Lorenzo
Pieve:
Vico
Diocèse:
Sagone

Coordonnées Google Earth:
42°10'07.45"N 8°49'39.72"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°10.128’N 008°49.667’E
Altitude:
329 m

Carte IGN:
Vico Cargèse 4151 OT, dans village point 4207,17-535-62 marqué signe église

Accessibilité:
en voiture sur D 23

Modalités de visite:
accessible

Datation:
bloc vers le 10e siècle ; église baroque
Dimensions:
église reconstruite

Classement monument historique:
 ?
17/08/2017:
14/05/2014

Galerie

Historique et description

Non loin de Vico, et de l’ autre côté de la vallée du Liamone, Murzo avait aussi son église romane.
Il n’en reste que le souvenir perpétué par un petit bloc sculpté englobé dans le mur sud de l’église baroque et la description de Mgr Mascardi : l’église est convenablement construite en pierres rectangulaire ; elle possède deux fenêtres, une seule porte, un maître-autel placé sous une abside, un baptistère placé au fond de l’église à gauche en entrant ; elle n’a pas de campanile mais deux cloches suspendues à un arbre ; elle est entourée d’un cimetière ; le nombre d’âmes est de 150 environ.
Bessières, lors de son voyage en 1856, s’est arrêté à Murzo et nous laisse un croquis sur lequel apparaissent, au-dessus d’une fenêtre ou d’une porte, trois blocs sculptés : une petite tête, un bras la main ouverte et un visage entouré des deux bras levés. Gaubert dessine également trois blocs encore en place à la fin des années 1880.  Il n’en reste plus qu’un à l’heure actuelle sur le côté sud entre deux avancées de chapelles : un visage allongé au nez saillant soulignant les arcades sourcilières et aux yeux globuleux est encadré de deux bras levés aux mains ouvertes.
Ce bloc ne se trouve plus dans le même environnement que celui dessiné par Bessières, suite sans doute à un remaniement.
Il fait penser à ceux que l’on retrouve également en remploi à Aregno, Montemaggiore ou encore à Pietralba et pourrait dater du 10e siècle.

Bibliographie

Bessières, Manuscrit, 1856, Bibliothèque de Bastia
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, t. 2 p. 274

Internet


coggia.com/coggia-sagone/dossiers/Gaubert : Gaubert, Recherches sur les origines de la Corse par les monuments (d’après les dessins pris sur place entre 1886-1889), planche XVI (milieu)