Olmeto: Abaddia Sa Maria

Dépendant de l’abbaye San Bénigno, l’abbadia Santa Maria témoigne de la volonté de Gênes de s’infiltrer par la vallée du Taravo. Il n’en reste que des pierres éparses mais à proximité se trouve une très belle maison forte du 16e-17e siècles.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Olmeto
Chapelle:
Abbadia Santa Maria di Taravo
Pieve:
Abbaye de San Benigno de Gênes
Diocèse:
Ajaccio

Coordonnées Google Earth:
41°43'11.30''N 8°50'28.19''E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
41°43.188'N 8°50.469'E
Altitude:
45 m

Carte IGN:
Propriano 4154 OT, en surplomb de la plaine du Taravo, point marqué Abbadia

Accessibilité:
dans une prairie située le long de la D 57 en venant de Propriano, prendre un chemin de terre qui monte (barrière à  bien refermer). Monter jusqu'à  la tour ; les vestiges de l'abbadia se trouvent à  l'ouest de celle-ci

Modalités de visite:
dans pâturage

Datation:
9e-10e siècle (Moracchini), 12e s. (Coroneo)
Dimensions:
12,50 m x 6 m

Classement monument historique:
non
29/06/2017:
02/05/2015

Galerie

Historique et description

Située sur une colline en surplomb de la vallée du Taravo, l’abbadia Santa Maria de Taravo dépendait de Santa Maria de Cruscaglia, elle-même, sous la dépendance de San Benigno de Gênes, .


Mentionnée dans un texte de 1441, il n’en reste aujourd’hui que des pierres éparses sur le sol. Mais en observant bien le terrain et les quelques lignées de pierres affleurant le sol, on peut en percevoir le contour.
Orientée est-ouest, la nef unique devait atteindre 12,50 m x 6 m. Une porte à l’ouest y donnait accès (le seuil est encore bien marqué).
Le mur nord est conservé, par endroits, sur deux ou trois assises composées d’un petit appareil de granit gris et rose lié au mortier de chaux. Ce qui induirait une datation des 9e-10e siècles pour G. Moracchini-Mazel. R. Coroneo propose le 12e siècle
L’abside semi-circulaire se dessine par une légère surélévation du sol. Les angles semblent marqués par des pierres plus importantes.


Non loin de l’église se dresse fièrement une maison forte dite Casa di l’Abbadia, construite ou reconstruite par Alessandro d’Istria avec l’autorisation de la République de Gênes.
On raconte qu’Alessandro aurait pris pour prétexte la nécessité de l’édification d’une place forte avant la reconstruction de l’abbaye.
Autorisation reçue (en 1653), il construisit la maison forte en gravant les armoiries de la famille sur le linteau de la porte mais l’abbaye ne fut jamais relevée.
Madame Moracchini-Mazel, pour sa part, pense que cette maison servit de résidence à l’abbé venant célébrer à l’abbaye.


L’installation d’un monastère dans la vallée du Taravo n’est pas innocente : elle marque la volonté de Gênes de s’implanter dans la région et d’étendre son pouvoir contre Pise à partir de son bastion établi à Bonifacio.

Bibliographie

Coroneo R., Chiese romaniche della Corsica, 2006, p. 120
Moracchini-Mazel G., Corsica sacra, 2004, p. 302-303
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, 2, p. 377, 436
Poncin L., Guide du Taravo, patrimoine d’une vallée, 2004, p. 191

Internet

Voir Abbadia Santa Maria di Taravo