Prunelli di F.: San Giovanni Battista di Cursa

Occupé depuis le 2e siècle, le site de la Cursa abrite une église piévane du début du 10e siècle ; cet édifice fut, en partie, reconstruit au 11e siècle ou aux 12e-13e siècles. Il n’en reste plus que les murs arasés avec des traces de décor dans un bel environnement.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Prunelli di Fiumorbo
Chapelle:
San Giovanni Battista de Cursa
Pieve:
Cursa
Diocèse:
Aleria

Coordonnées Google Earth:
42°00'35.37"N 9°20'21.02"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°0.589'N 9°20.350'E
Altitude:
216 m

Carte IGN:
Aleria 4352OT, point 4192,2-580 marqué Cursa Rnes

Accessibilité:
Prendre la D 345 vers Prunelli di Fiumorbo ; à  la deuxième grande épingle à  cheveu, laisser la voiture. Prendre un sentier bien marqué pendant environ 20 min.

Modalités de visite:
ruines accessibles

Datation:
début 10e siècle, 11e siècle (Moracchini), 12e-13e s. (Istria)
Dimensions:
16,25 m x 9,80 m

Classement monument historique:
13.05.2015 guidés par Madame Gelormini
28/06/2017:
15/05/2015

Galerie

Historique et description

Le site de la Cursa a été découvert et dégagé de la végétation en 1970. Pourtant l’attention avait déjà été attirée avant 1967 par la présence de nombreuses pierres bien taillées réutilisées dans une maison toute proche et par la découverte, en surface, d’une pierre ornée d’un agneau pascal.


Les fouilles ont mis au jour un bâtiment ruiné, arasé à certains endroits, qui aurait connu deux périodes de constructions. En 1589, Mgr Mascardi le mentionne comme détruit jusqu’aux fondations.
L’appareillage du mur nord, composé de petits appareils réguliers, comme à Sagri, contrastent avec les grandes dalles bien taillées du mur occidental et de l’angle nord-ouest.
La cuve baptismale, située au centre de la nef, présente, elle aussi, deux phases d’utilisation.
G. Moracchini-Mazel se permet donc d’avancer que l’église San Giovanni Battista, piévane de Cursa, a été construite au début du 10e siècle et qu’elle a été reconstruite en partie au 11e siècle.
Les fouilles ont aussi révélé que l’édifice du 10e siècle succédait à un édifice antérieur sans doute paléochrétien dont quelques murs arasés étaient bâtis directement sur le rocher.
Des sépultures sous tuiles du Bas Empire et des traces d’occupation romaine ont également été décelées ce qui n’est pas étonnant étant donné la proximité du site d’Aléria, de la chaussée romaine et du port de Palo.


Du 10e siècle, restent quelques morceaux de murs, les fondations de la cuve baptismale et un beau relief traité en réserve aujourd’hui conservé au Musée de Bastia. Le thème évoqué est celui de l’agneau de Dieu comme à San Michele Murato, à la Canonica ou encore à Bonifacio. Ce relief permet à D. Istria,de proposer une édification aux 12e-13e siècles.


L’édifice roman était de grandes dimensions (16,25 m x 5,90 m) et devait être très soigné : l’abside extérieure était décorée d’arcatures et une frise en cordelière entourait tout l’édifice, comme à Sainte Maria Majeure de Bonifacio (ornée d’une frise de fleurettes).
A l’intérieur, le chœur surélevé était séparé de la nef par un mur. Des colonnes liturgiques sont disposées symétriquement de part et d’autre du mur séparant le chœur de la nef. Une cinquième colonne se dresse devant la cuve baptismale contre laquelle a été retrouvée une tombe paléochrétienne.

Bibliographie

Coroneo R., Chiese romaniche della Corsica, 2006, p.115
Istria D., dans Corsica christiana, 2001, 2, p. 24
Les églises piévanes de Corse…, IV La piévanie de Cursa, Cahier corsica 44, 1974, p. 37 à 53
Michel F., Pasqualaggi D., Carte archéologique de la Gaule, La Corse, 2013, p. 261
Moracchini-Mazel G., Corsica Sacra, 2004, 225-226
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1976, 1, p. 55, 2, p. 337-338

Internet

Corsicatheque.com