Pianottoli - Caldarello: Complexe baptismal

Au bord du marais Saint Jean des fouilles ont livré les traces d’un complexe baptismal qui fut utilisé de la fin du 4e, ou de la fin du 5e siècle, au 12e siècle. Le baptistère paléochrétien s’inscrit dans la tradition des autres baptistères connus (Marianna, Rescamone). Un peu plus loin, les vestiges d’un édifice du 12e siècle.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Pianotolli-Caldarello
Chapelle:
Complexe baptismal
Pieve:
Figari
Diocèse:
Ajaccio

Coordonnées Google Earth:
41°27’44.27’’N 9°03’14.29’’E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
41°27.738'N 9°03.238'E
Altitude:
0 m

Carte IGN:
Bonifacio 4255 OT, point 4129,5-560,3 marqué Marais de Saint Jean

Accessibilité:
au bord de la plage ; un sentier allant du parking vers la plage en fait le tour

Modalités de visite:
l'espace archéologique est clôturé

Datation:
fin 4e-début 5e ou fin 5e-début 6e s., 6e, 11e-12e s.
Dimensions:
grande zone archéologique avec divers bâtiments

Classement monument historique:
1994
17/08/2017:
03/05/2015

Galerie

Historique et description


La zone archéologique du complexe baptismal est assez impressionnante : elle s’étend sur une petite bute au bord de la plage entre la tour génoise et la chapelle San Giovanni dans les rochers. Elle est actuellement ceinturée d’une clôture.
Les fouilles, menées à la fin des années 1980, ont mis au jour un ancien baptistère construit entre 370 et 400 ap. J.C. d’après le matériel (monnaies et céramique) trouvé sur place. Cette datation parait un peu haute à Philippe Pergola et à Roberto Coroneo qui proposent plutôt la fin du 5e-début du 6e siècle.
Quoi qu’il en soit, le tracé de ce baptistère se remarque encore sous la végétation qui reprend ses droits. Il s’agit d’un bâtiment cruciforme de 15,50 m dont la branche est se termine par une abside et qui comportait deux cuves baptismales. Celle de la branche sud était carrée (2,36m de côté) et a été creusée au pied de deux gros rochers insérés dans le mur. La cuve de la branche nord, cruciforme et dotée de deux marches, devait être surmontée d’un baldaquin reposant sur des colonnettes. L’évacuation de l’eau se faisait grâce à un col d’amphore faisant office de tuyau.
La construction de ce baptistère serait contemporaine à celle du baptistère de Mariana, à la différence que celui de Ficaria est plus sobre : pas de mosaïque par exemple.
Au cours du haut Moyen Age, on arase le baptistère cruciforme paléochrétien et on en construit un autre, de petites dimensions (intérieur 5,70 m x 4,50 m) à nef unique et abside sur la branche nord de l’ancien baptistère tout en gardant au centre la cuve baptismale. Cette dernière sera aussi modifiée : tout en gardant le système d’évacuation, le plan en devient circulaire.
Au 11° siècle : nouvelles modifications : la piscine circulaire est surhaussée et le bâtiment connait quelques modifications : porte dans le mur sud avec deux marches, abside suréléveée avec autel, nouveaux claveaux de l’arc triomphal.
Les fouilles ont aussi mis au jour le tracé de deux constructions encadrant le baptistère, l’une dans l’angle nord-est, l’autre dans l’angle sud-ouest.
A une vingtaine de mètres au sud du baptistère, subsiste l’arase d’une chapelle plus grande (9,50 m x 5,90 m intérieur) entourée d’autres murs (bâtiments annexes). Trois marches donnent accès à l’abside semi-circulaire. Aucune trace des portes. Cet édifice a connu, lui aussi, des modifications : construit sans doute au 4° siècle comme le baptistère, il a été reconstruit au 11e siècle selon les conclusions de G. Moracchini-Mazel. D’autres optent pour une datation moins haute..
Le site de Ficaria se montre très riche en vestiges remontant à l’époque romaine : matériel divers trouvé à plusieurs endroits, complexe baptismal, chapelle au bord de la plage et chapelle San Giovanni dans les rochers. Il a donc connu une occupation du 1e siècle au 12e siècle (date de la dernière construction) mais on ne sait pas quand il fut définitivement abandonné.
De nouvelles fouilles sont prévues qui permettront sans doute d’affiner les données actuelles.

Bibliographie

Coroneo R., Chiese romaniche della Corsica, 2006, p. 23 et 24 (fig. 3 et non fig. 4)
Le site de Ficaria à Pianottoli-Caldarello, II, Les chapelles funéraires sur la plage, Cahier Corsica 141, 1991
Michel F., Pasqualaggi, Carte archéologique de la Gaule, La Corse, 2013, p. 116-118
Moracchini-Mazel G., Corsica Sacra, 2004, p. 204-206
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, 2 p. 387
Pergola Ph., La christianisation du monde rural dans la Corse vandale et byzantine, dans L’Africa romana. Atti del XII convegno di studio II, 1998, pp. 815-824

Internet

culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr