Pianottoli - Caldarello.: S Giovanni Battista

Découverte des vestiges d’une chapelle pas comme les autres puisqu’elle est construite au bord de la mer. Entourée de rochers aux formes étranges, cette chapelle du 12e siècle marque l’entrée de la passe menant au port.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Pianottoli-Caldarello
Chapelle:
San Giovanni Battista
Pieve:
Figari
Diocèse:
Ajaccio

Coordonnées Google Earth:
41°27'32.95"N 9°03'05.02"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
41°27.550’N 009°03.080’E
Altitude:
0 m

Carte IGN:
Bonifacio 4255 OT, au sud du marais de San Giovanni, à  env. 100 m de la tour de Caldarello, point 4129,2-560

Accessibilité:
en voiture : avant le port de plaisance de Figari, prendre à  droite vers les lotissements et la résidence U Libbeciu. Continuer sur 2,4 km. Quand la route longe la mer, stationner la voiture près d'un ancien panneau d'information. Se diriger à  pied vers la plage, Marais de San Giovanni, vers la gauche ; suivre la place et se diriger vers un chaos de rocher en bord de plage.

Modalités de visite:
accessible

Datation:
12e siècle
Dimensions:
9, 45 m x 5, 30 m

Classement monument historique:
1994
17/08/2017:
20/04/2013

Galerie

Historique et description

Les vestiges de l’église San Giovanni à Pianottolli-Caldarello sont surprenants : ils sont, exceptionnellement, au bord de la mer et dominés par
des rochers aux formes étranges émergeant de l’eau.
Il n’en reste que quelques assises soigneusement consolidées traçant le plan de l’édifice : l’abside, située à l’est, termine une nef de 9,45 m sur 5,30 m. Une seule porte, située dans la façade occidentale, y donnait accès. L’autel a été partiellement reconstitué. La base d’un petit mur, les restes d’un chancel, se dessine au milieu de la nef mais sans atteindre toute la largeur de celle-ci.
Ces vestiges pourraient dater du milieu du 12e siècle.
La position de cette église est très intrigante : elle domine les vagues et était sans doute, à l’époque, plus à l’abri des flots car la mer est, aujourd’hui, environ 1m20 plus haute qu’au Moyen âge.
Impressionnée par le matériau (un granit blanc gris très lumineux qui devait briller sous le soleil comme sous la lune), G. Moracchini-Mazel propose d’y voir une sorte de chapelle-phare placée à l’entrée de la passe donnant accès au port de Figari et encombrée d’écueils.
Le port existait déjà du temps des Romains sous le nom de Ficaria, mentionné par Ptolemée au 1er siècle après J.C. L’endroit a dû être considéré, de tout temps, comme stratégique puisqu’une tour génoise se dresse à une centaine de mètres au nord des ruines.
A quelques centaines de mètres de là se situent une chapelle au bord de la plage et un complexe baptismal remontant à l’époque paléochrétienne.

Bibliographie

Coroneo R., Chiese romaniche della Corsica, 2006, p. 23-24
Le site de Ficaria à Pianottoli-Caldarello II Les chapelles funéraires sur la plage, Cahier Corsica 141, 1991, p. 53-58
Michel F., Pasqualaggi D., Carte archéologique de la Gaule, La Corse, 2013, p. 119
Moracchini-Mazel G., Corsica Sacra, 2004, p. 205
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, t. 2 p. 387
Sites remarquables vus du ciel, Corse 2, p. 101

Internet


Culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr

Verges.jeanmarie.free.fr