Piedicorte di Gaggio: Santa Maria

Sise sur les hauteurs du village, la chapelle Santa Maria a été reconstruite en bordure de la chapelle romane dont le tracé est conservé par l’arase des murs et la dalle en béton recouvrant l’arca.
Des éléments décoratifs ont été réutilisés dans le campanile de l’église paroissiale.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Piedicorte di Gaggio
Chapelle:
Santa Maria
Pieve:
Rogna
Diocèse:
Aleria

Coordonnées Google Earth:
42°14'19.59"N 9°19'40.58"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
Altitude:
42°14.329'N 9°19.669'E

Carte IGN:
787 m

Accessibilité:
Cervione 4351 OT, au nord de Piedicorte di Gaggio, point 4217-577,2 marque Ste Marie CHlle Rnée

Modalités de visite:
A la fontaine de Piedicorte di Gaggio prendre la rue bétonnée qui monte à  droite de l'église ; une montée raide ; après portail pour bétail, prentre à  gauche. 15 min. de marche

Datation:
accessible
Dimensions:
église reconstruite mais sur emplacement roman

Classement monument historique:
environ 8,75 m x 4,40 m
28/04/2017:
15/05/2016

Galerie

Historique et description

La chapelle Sainte Marie est construite sur une hauteur un peu au nord de Piedicorte di Gaggio sur un petit promontoire en partie taillé dans le roc.
Elle a été entièrement reconstruite mais dans les murs, on aperçoit très nettement, surtout aux angles, le remploi de belles dalles bien taillée. L’intérieur a été décoré par un jeune artiste local.


L’attention est attirée par une dalle de béton se trouvant devant la chapelle et un peu en contre-bas de celle-ci.
Au centre de la dalle, plusieurs plaques funéraires dont certaines portent les trous permettant d’ouvrir le caveau.
Des murs arasés en délimitent très clairement les contours et dans le mur occidental se profile une grande pierre qui pourrait être à la fois le seuil de la porte et la marche donnant accès. Ce dispositif d’emplacement « souvenir » se retrouve ailleurs comme à Sant’ Elio de Soccia.
La dalle, de 8,75 m x 4,40 m, est orienté SE-NW et non pas E-W comme traditionnellement mais c’est peut-être pour profiter au maximum de la surface plane du lieu.
Nous avons sans doute là l’emplacement de la chapelle romane que Mgr Mascardi mentionne dans son rapport : l’église Santa Maria se trouve à un quart de mille des habitations et difficile d’accès ; elle est assez lumineuse ; ses murs sont construits de pierres quadrangulaires ; il y a deux portes et pas de fenêtre, des sépultures existent dans le pavement ; une cloche est placée dans des murs au-dessus du chœur ; l’autel est situé sous une abside ornée des peintures très abîmées avec une fenêtre en face du célébrant ; dans un angle se trouve le baptistère construit en chaux avec une vasque de marbre.


L’indication d’un baptistère est importante : la chapelle servait donc pour l’ensemble de la piévanie de Rogna et il ne serait dès lors pas étonnant que les éléments sculptés placés dans le campanile de l’église paroissiale actuelle proviennent de cette église de la fin du 11e siècle-début du 12e siècle.

Bibliographie

Coroneo R., Chiese romaniche della Corsica, 2006, p. 104, 114, 123, 139
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, 1, 88, 2 p. 333

Internet


France-romane.com