Pietroso: San Lorenzo

Entourée de tombes, la chapelle San Lorenzo étonne par son abside rectangulaire et par la décoration des corbeaux de la porte occidentale.
Elle fait partie des anciennes chapelles du 9e siècle.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Pietroso
Chapelle:
San Lorenzo
Pieve:
Castello
Diocèse:
Aleria

Coordonnées Google Earth:
42°09'35.50"N 9°16'17.81"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°9.588'N 9°16.296'E
Altitude:
566 m

Carte IGN:
Aleria 4352 OT, dans le cimetière de Pietroso, point 4208,2-572,5 marqué San Lorenzo Chap.

Accessibilité:
dans le cimetière

Modalités de visite:
accessible

Datation:
9e siècle
Dimensions:
9,48 m x 4,10 m

Classement monument historique:
1986
24/08/2017:
14/05/2015

Galerie

Historique et description

Enserrée entre les tombes du cimetière de Pietroso, la chapelle San Lorenzo se distingue par une abside rectangulaire, comme celle de Prunelli di Fiumorbo ou encore celle de Santa Maria d’Arca à Muracciole par exemple.
Construite de pierres éclatées et mêlées grossièrement, elle présente des angles marqués par de grandes dalles bien taillées. Ces grandes dalles se retrouvent aussi de part et d’autre des croix ajourées des frontons est et ouest ainsi qu’encadrant les portes ouest et sud. Ce sont aussi des blocs importants qui délimitent la petite fenêtre de l’abside surmontée d’une archivolte légèrement échancrée. La forme de l’abside et le type de construction induiraient une datation du début du 9e siècle


Deux éléments viennent agrémenter une architecture très sobre : les traits gravés soulignant l’archivolte de l’étroite fenêtre de l’abside et les deux corbeaux sculptés de la porte occidentale : d’un côté un masque humain (faisant penser à celui de San Rainiero de Montemaggiore) et, de l’autre, une spirale.
La nef unique, de 9,48 m x 4,10 m, se termine par une abside rectangulaire recouverte d’une voûte en berceau légèrement brisé. D’après Mgr Mascardi, cette voûte était peinte.
L’arc triomphal, composé de petits claveaux, présente une originalité : symétriquement deux blocs trapézoïdaux sont disposés en débordement, faisant penser à deux oreilles !
La nef fut, au cours du 14e siècle sans doute, recouverte de croisées d’ogives délimitant trois travées de voûtes. Les arcs doubleaux séparant les travées, sont plats aux arêtes vives et sont repris, ainsi que la retombée des voûtes, par des piliers rectangulaires accolés contre les murs. Les clés de voûte sont formées de médaillons circulaires sans décor.
Ce type de voûte est assez rare en Corse.
Le mur nord porte la trace d’une chapelle latérale qui a été détruite. Un tombeau a été aménagé dans la partie gauche du chœur.
Dans un coin, notons encore la présence d’un petit pilier qui a peut-être supporté un bénitier.

Bibliographie

Massiani St., La Corse et ses chapelles romanes, 1991, p. 88
Michel F., Pasqualaggi D., Carte archéologique de la Gaule, La Corse, 2013, p. 259
Moracchini-Mazel G., Corsica sacra, 2004, p.313
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, 1 p. 29, 2 p. 341

Internet

France-romane.com