Poggio d Oletta: Vittorio

Par son mode de construction, la chapelle San Vittorio paraît très ancienne (6e ou 7e siècle) et aurait connu des aménagements au 10e siècle. Seule l’abside est encore bien visible.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Poggio d’Oletta
Chapelle:
San Vittorio di Grigogna
Pieve:
Rosolo
Diocèse:
Nebbio

Coordonnées Google Earth:
42°39’13.29’’N 9°21’17.09’’E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°39.222’N 9°21.285’E
Altitude:
153 m

Carte IGN:
Bastia 4348 OT, lieu dit Gregogna, point 4262,6-575,9

Accessibilité:
le long de la D238 au lieu-dit Gregona

Modalités de visite:
à l’entrée d’une propriété privée

Datation:
6e-7e siècle ; 10e siècle

Dimensions:
9 m x 4,50 m

Classement monument historique:
non
24/08/2017:
06/09/2016

Historique et description

La chapelle ruinée de San Vittorio, dite a cappella, se situe en contre-bas de la route D238 au lieu-dit Gregogna dans une propriété privée. On ne la voit pas de la route car le sommet de l’abside arrive au niveau du sol accusant une forte déclivité vers l’ouest.

 

Elle a fait l’objet d’une campagne de démaquisage et de consolidation de 1980 à 1982. Les résultats de cette étude ont été publiés dans les Cahiers Corsica. Nous en reprendrons les éléments principaux car, actuellement, la végétation a repris ses droits.

Les murs, bien qu’arasés dessinent un plan légèrement trapézoïdal de 8,45 m sur 5,35 m environ dominé à l’est par l’abside.

L’appareil des murs de la nef est fait de pierres éclatées (schiste) et de galets alors que celui de la voute est composé de pierres plates disposées en lits horizontaux. Pour Geneviève Moracchini-Mazel, cette technique s’apparente plus à la technique des bâtisseurs de la fin de l’Empire qu’à celle du Moyen-Age. On pourrait penser qu’elle existait déjà vers la fin du 6e ou 7e siècle.

On distingue encore le mur du chancel séparant le chœur du reste de l’édifice. Cet aménagement serait postérieur à la construction de la petite chapelle, peut-être vers le 10e siècle car il est composé de pierres soigneusement taillée.

Contre la paroi sud de l’abside, émerge une petite construction rectangulaire disposée sous une fenêtre rectangulaire : il s’agit d’une cuve-pressoir, témoignage d’un remploi agricole de l’édifice. La construction de cet aménagement a sans doute supprimé les traces de l’autel mais pas celles de l’emmarchement.

Le dégagement de la partie occidentale a permis de distinguer deux niveaux de sol et, dans le rocher qui descend vers l’ouest, une sépulture à dalles retrouvées complètement défoncée. Cette sépulture est difficilement datable, peut-être entre le 6e et le 9e siècle.

La chapelle parait avoir été construite sur un courant d’eau dans le devers d’une pente et pourrait bien succéder à un monument d’eau d’époque antique. Actuellement encore une galerie horizontale canalise une arrivée d’eau permanente se déversant dans un bassin situé en contre-bas.

D’après les textes, cette petite chapelle était une annexe de San Cerbone et dépendait de l’abbaye de la Gorgone. La tradition relate, d’ailleurs, qu’un ermitage s’élevait près de la chapelle ce qui serait logique puisque les moins bénédictins de la Gorgone, puis les chartreux de Calci, ont exploités durant de longs siècles les riches terres des alentours de Gregogna.

Bibliographie

Moracchini-Mazel G., Corsica Sacra, 2004, p. 293-294
Abbayes primitives et monuments du Haut Moyen-Age en Corse, XV La chapelle San Vittorio à Poggio d’Oletta, Cahiers Corsica 136-137, 1990, p.218-224

 

Internet

Andreani C., Machline S., Chapelle Saint-Victor dite San Vittorio di Gregogna, Médiatèque culturelle de la Corse et des Corses, m3c.univ-corse.fr