Sant' Andrea di Bozzio: Annunziata

C’est dans le hameau de Rebbia, faisant partie de Sant’Andrea di Bozio, que s’élève l’oratoire de l’Annunziata au plan remanié. Il présente des pierres de remploi manifestement médiévales comme une très belle croix flanquée de deux spirales.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Sant’Andrea di Bozio - Rebbia
Chapelle:
Annunziata
Pieve:
Bozio
Diocèse:
Aleria

Coordonnées Google Earth:
42°19’13.02"N 9°18’01.26"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°19.218’N 9°18.020’E
Altitude:
782 m

Carte IGN:
4351 OT Cervione, dans le hameau de Rebbia point 4223,3-573,3

Accessibilité:
sur la D339, descendre sur le hameau de Rebbia. La chapelle est au milieu des maisons

Modalités de visite:
extérieur accessible

Datation:
Moyen Age ; 1461

Dimensions:
édifice remanié

Classement monument historique:
21/10/2017:
26/09/2016

Historique et description

L’oratoire de l’Annunziata, s’élevant dans le hameau de Rebbia en contre bas de Sant’Andrea di Bozio, présente aujourd’hui un plan rectangulaire avec chapelles latérales bien postérieure à l’époque romane. Pourtant dans la façade principale, on distingue des pierres manifestement réutilisées. La plus étonnante est une croix sculptée en relief : elle est pattée et cantonnée, dans la partie haute, de deux spirales disposées de part et d’autre de la branche verticale. Un peu à gauche de cette croix, une pierre porte une inscription portant la date de 1461 et mentionnant un certain Antoine Pietro Cortinco. Les deux portes sont surmontées d’un linteau rectangulaire monolithe reposant sur des consoles au profil arrondi. De beaux blocs bien taillés se distinguent de part et d’autre de la porte latérale.

Le remploi de ces pierres témoigne d’une fondation médiévale, fait confirmé par le rapport de Mgr Mascardi (1589) mentionnant que l’oratoire de l’Annunziata d’Horebie est situé parmi les maisons, que son toit est couvert de pierres grossières, qu’il a deux fenêtres et deux portes et que l’autel est placé sous une abside. Les transformations n’avaient donc pas encore eu lieu.

Genevière Moracchini-Mazel pense que le motif de la croix pourrait remonter à l’époque préromane.

Bibliographie

Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, t.1 p. 18, t.2 p. 312