Quercitello: S Cipriano

Chapelle séduisante par la qualité de sa construction érigée sur un petit monticule dans les arbres et au bord du cimetière.
Sur la porte sud, beau tympan orné de deux serpents entrelacés se mordant la queue. A l’intérieur, reste de fresque du 15e siècle : la colombe d’une annonciation.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Querticello
Chapelle:
San Cipriano
Pieve:
Ampugani
Diocèse:
Accia

Coordonnées Google Earth:
42°25’42.13"N 9°21’16.93"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°25.693’N 009°21.267’E
Altitude:
679 m

Carte IGN:
Vescovato 4349 OT, Quercitello, point 4238,9-577,6 marqué San Cipriano Chap.

Accessibilité:
en voiture, puis quelques minutes à pied ; prendre la dép. 205 de Quercitello à La Porta, à la sortie de Quercitello, un sentier vers la droite avec panneau « San Cipriano », à côté du cimetière, dans les arbres, en surplomb de la route.

Modalités de visite:
extérieur accessible ; intérieur : clé à  la mairie 04 95 39 22 75

Datation:
13e siècle
Dimensions:
11,50 m x 5,06 m

Classement monument historique:
classement de la fresque intérieure en 1976
28/04/2017:
03/06/2015

Galerie

Historique et description

Située un peu à l’écart du village en bordure du cimetière, la chapelle, surmontée d’un haut clocheton, se dresse sur un petit monticule boisé surplombant la route.


Elle se distingue par la qualité de sa construction : de grandes pierres alternant avec des plus petites extrêmement bien taillées, toutes en schiste gris clair.
La façade occidentale, la première que l’on découvre, comporte une porte et une croix ajourée au sommet du fronton. La porte est surmontée d’un linteau reposant sur des consoles avec une avancée. Le tympan aveugle est encadré d’un arc en plein cintre légèrement surhaussé fait de claveaux épais.
Si le côté nord a été remanié au 17e siècle par l’adjonction de deux chapelles latérales, le mur sud est resté intact. Il est rythmé par une fenêtre en meurtrière surmonté d’une archivolte en arc brisé et d’une porte au tympan décoré de deux serpents entrelacés qui se mordent la queue.
Une moulure court sous le rampant du toit ainsi que sur le soubassement.
L’abside terminant la nef unique est orientée à l’est et présente une fenêtre centrale en meurtrière surmontée d’une archivolte en arc brisé. Au centre du fronton est, une croix ajourée. L’édifice a gardé son toit en teghie, tant sur l’abside que sur la nef.


A l’intérieur, un bel arc triomphal à claveaux encadre une voûte en cul de four recouverte de crépi. Sur la partie droite, on aperçoit une colombe irradiée, seul vestige d’une annonciation (15e siècle).
Les deux chapelles latérales, construites au 17e siècle et ornées de vitraux du 20e siècle, sont dédiée l’une à la Vierge Marie, l’autre à Saint Jacques le Majeur même si une image de Saint Cyprien y trône.
La chapelle possédait un tableau évoquant le martyre de St Cyprien (tableau parti en restauration).

Ancienne église paroissiale, Saint Cyprien est un bel exemple d’édifice “baroquisé” par l’adjonction de deux chapelles latérales et par un mobilier au goût du jour : autel majeur et autels latéraux de 1694 et  chaire de 1753. On peut y reconnaître la main des Raffalli ou, pour l’autel principal, d’un prédécesseur.

 

Bibliographie

Coroneo R., Chiese romaniche della Corsica, 2006, p. 168
Haute Corse, Gallimard, 2006, p. 232
Massiani St., La Corse et ses chapelles romanes, 1991, p. 67
Mattei N., Le Baroque religieux corse, 2009, p. 481
Moracchini-Mazel G., Corsica Sacra, 2004, p. 34
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, t.1 p. 156, t. 2 p. 289
Orsolini J., L’art de la fresque en Corse de 1450 à 1520, 2003, p. 86
Quilici T., Mannoni J.P., Pieve di Rustinu, 2011, p. 140-141

Internet


France-romane.com