Rapale: San Cesario

Chapelle présentant un subtil jeu de polychromie dû aux blocs de schiste vert fonce et de calcaire gris-blanc. Une frise sculptée ornait l’abside. Les efforts de bénévoles ont permis de rassembler et de numéroter les pierres en vue d’une restauration commencée mais à l’arrêt depuis des années.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Rapale
Chapelle:
San Cesario
Pieve:
San Quilico
Diocèse:
Nebbio

Coordonnées Google Earth:
42°35'04.04"N 9°18'14.90"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°35.072’N 009°18.243’E
Altitude:
520 m

Carte IGN:
Bastia Golfe de St Florent 4348 OT, au sud de Rapale, point 4257-571,6 marqué chap. San Cesario rnes

Accessibilité:
A Rapale, monter vers le cimetière (fléché) ; y laisser la voiture et continuer à  pied un chemin qui monte (environ 20 minutes) ; montée fléchée. La chapelle se trouve sur la gauche

Modalités de visite:
ruines accessibles

Datation:
début 13e siècle
Dimensions:
12,40 m x 4,40 m

Classement monument historique:
1875
29/06/2017:
25/08/2013

Galerie

Historique et description

Bien que figurant dans le rapport de Mérimée, l’église San Cesario n’a pas eu de chance.
En 2013, une grue et du matériel d’entrepreneur témoignaient de la volonté de restaurer l’édifice mais les travaux sont arrêtés depuis plusieurs années.
Déjà en 1980, une poignée de bénévoles avaient entrepris de rassembler et de numéroter les pierres jonchant le sol afin de faciliter le travail de remontage mais tout ce travail n’a pas été optimalisé. Aujourd’hui encore de pierres éparses portant un numéro bien visible gisent sur le sol.
La chapelle est aujourd’hui fort dégradée car elle a été en partie pillée par des récupérateurs de matériaux. Une photo de 1920 montre qu’une intervention à ce moment était possible et aurait pu la sauver. Espérons que les travaux interrompus puissent reprendre au plus vite pour sauver ce qui reste.
La chapelle a dû avoir du caractère : les dalles de schiste vert foncé alternant d’une façon aléatoire avec des blocs de calcaire gris blanc donnent un subtil jeu de polychromie surtout sensible sur la façade occidentale. Celle-ci est percée d’une porte surmontée d’un arc à claveaux vert foncé souligné par de petits claveaux blancs et d’un tympan reposant sur un linteau mouluré. Une croix ajourée a été reconstituée dans le sommet du fronton.
Les murs latéraux sont percés de deux fenêtres meurtrières chacun ; celles-ci présentent une archivolte échancrée en arc légèrement brisé. Seul le mur nord est doté d’une porte surmontée d’un simple linteau rectangulaire à l’intérieur et en bâtière à l’extérieur.
L’abside est particulièrement dégradée : sa fenêtre centrale a perdu son parement comme tout le côté sud d’ailleurs. Elle est ornée d’une arcature sur modillons moulurés et d’une corniche sculptée. Un décor en cordelette surmonte une série de motifs : palmettes, dragon à deux têtes, rinceaux stylisés. Mais de nombreux morceaux ont disparus. L’un d’eux est conservé au Musée d’Anthropologie de Bastia qui nous a permis de le photographier. Nous en remercions Madame Cornetto.
La nef se termine par une abside dont la voûte en cul de four est construite de petites pierres. Le traditionnel arc triomphal est ici formé de petits claveaux bien réguliers.
Cet édifice du 13e siècle, de 12,40 m x 4,40 m, est bâti à flanc de colline sur une petite plate-forme dont le mur nord sert de mur de soutènement (près de 1 m) pour combler la déclivité du terrain. Il présente beaucoup de similitude avec San Nicolao de Pieve, situé non loin.

Sur des photos prises en 2016 et trouvées sur internet, nous avons constaté que les échafaudages avaient disparu.

Bibliographie

Coroneo R., Chiese romaniche della Corsica, 2006, p. 169, 177-178
Istria D. dans Corsica christiana, 2001, 2 p. 25 notice 39
Haute Corse, Gallimard, 2006, p. 181
Lonely planet, Corse, 2014, p. 88
Massiani St., La Corse et ses chapelles romanes, 1991, p. 41
Mérimée P., Notes d’un voyage en Corse, 1840, p. 156
Moracchini-Mazel G., Corse romane, 1972, p. 205
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, t. 1 p. 150, t. 2 p. 256

Internet


coggia.com/coggia-sagone/dossiers/Gaubert : Gaubert, Recherches sur les origines de la Corse par les monuments (d’après les dessins pris sur place dans les années 1886-1889), planche XI
Culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr
France-romane.com
histoire.du.nebbio
jalladeau.fr

verges.jeanmarie.free.fr