Rogliano: SS Cosmo e Damiano

Perdues dans la végétation, les ruines de la chapelle San Cosmo et San Damiano témoignent encore du riche passé de la région. Ancienne église paroissiale, elle a été agrandie à deux reprises et mise au goût des 16e-18e siècles. Le haut campanile semble défier le temps.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Rogliano
Chapelle:
SS Cosmo e Damiano
Pieve:
Tomino
Diocèse:
Mariana

Coordonnées Google Earth:
42°57'04.96"N 9°25'06.61"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°57.081’N 9°25.105’E
Altitude:
153 m

Carte IGN:
Cap corse 4347 OT, au sud de Bettolacce point 4297,8-576,8 marqué Sts Come-Damien égl.

Accessibilité:
en voiture puis quelques minutes à  pied ; au sud de Bettolacce ; prendre la route vers Magna Suttana ; après l'embranchement vers Magna Suprana,(laisser la voiture le long de la route) prendre un petit sentier flèché ; à  la croix, prendre à  droite.

Modalités de visite:
accès libre mais ruines dangereuses

Datation:
7e-9e siècle ; 16e-18e siècle
Dimensions:
église primitive : 10 m x 5,25 m ; puis 17,70 m x 7,25 m (max.)

Classement monument historique:
21/08/2017:
30/04/2011

Galerie

Historique et description

Rogliano porte les traces de son riche passé.
Dénommée pagus Aurelianus par les Romains, elle offre encore trois châteaux en ruines (dont le château San Colombo habité par la famille Da Mare au 12e siècle), des tours, des églises et des riches demeures d’”Américains”.
L’église San Cosmo et San Damiano s’inscrit dans ce patrimoine ; elle est logée dans un vallon bien protégé en contrebas du village. Ancienne église paroissiale, elle a été remaniée plusieurs fois. Ravagée par un incendie en 1947, elle est aujourd’hui en ruines et envahie par la végétation. Elle s’élève sur une plate-forme qui a nécessité la construction d’un important mur de soutènement du côté sud (plus de 2m à certains endroits).
Quand on entre par la porte occidentale, on pénètre dans une nef orientée ouest-est et qui présente un élargissement. La première partie, la plus étroite, de 10 m x 5,25 m, est vraisemblablement d’époque préromane (entre le 7e et le 10e siècle).
L’abside primitive a été abattue et remplacée par un bâtiment plus large débordant sur l’étroite nef d’origine (de 7,62m x 7,25m). On a ensuite construit une profonde abside semi-circulaire vers l’est, abside éclairée de petites ouvertures carrées. Un petit clocheton couronne la façade occidentale. L’église atteint actuellement une longueur de 17 m 70 pour une largeur maximale de 7,25m.
A l’intérieur, l’autel est plus haut que la porte de la façade occidentale, plusieurs marches y donnaient accès. Une voûte a remplacé la charpente d’origine ce qui a nécessité la construction de contreforts tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Par endroit, la décoration en stuc est encore conservée : pilastre et moulures émergent de la végétation. Ces aménagements ont dû avoir lieu entre le 16e et le 18e siècle.
Devant l’église et un peu en biais se dresse un curieux campanile de 8 m de haut. Le massif de maçonnerie, présentant une ouverture en pleine cintre, est coiffé d’un rampant à deux pentes. Dans le bas, une banquette court sur trois côtés.
L’église dépendait sans doute de l’abbaye de la Gorgone et s’élève sur le site d’une villa romaine. De petites constructions (des tombes sans doute) subsistent encore le long du sentier.

Bibliographie

Guide Vert, 2009, p. 143
Massiani St., La Corse et ses chapelles romanes, 1991, p. 28
Michel F., Pasqualaggi D., Carte archéologique de la Gaule, La Corse, 2013, p. 267
Moracchini-Mazel G., Corsica Sacra, 2004, p. 145
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, t. 2 p. 208