Serra di Fiumorbo: Sa Maria

Visuellement peu marquantes, les ruines de l’église Santa Maria de Covasina sont intéressantes pour l’histoire de la région car elle était l’église piévane.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Serra di Fiumorbo
Chapelle:
Santa Maria
Pieve:
Covasina
Diocèse:
Aleria

Coordonnées Google Earth:
41°58’39.86"N 9°23’17.54"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
41°58.664'N 9°23.292'E
Altitude:
10 m

Carte IGN:
Bavella Solenzara 4253 ET, près du hameau d'Asprivu, point 4189,4-583,6 marqué Santa Maria chap rnée

Accessibilité:
dans un champs

Modalités de visite:
dans une propriété privée

Datation:
9e siècle (Moracchini), 1e moitié du 11e s. (Coroneo)
Dimensions:
église 14,60 m x 6,80 env. ; oratoire 7 m x 4 m

Classement monument historique:
non
27/06/2017:
13/05/2015 avec Madame Gelormini

Galerie

Historique et description

La plaine de l’Abatesco est dominée par la colline du château de Covasina, propriété des seigneurs « cuvasinaschi » qui rayonnèrent de Carbini, au sud, à Corte, nord-ouest, et à Moriani à l’est.


C’est à quelque distance du fleuve que se situait l’église piévane de Covasina.
Elle n’est plus que ruines, aujourd’hui envahies par la végétation.
Seul le mur repris en partie dans le hangar agricole est bien visible.
Ces ruines ont été étudiées par Geneviève Moracchini-Mazel et nous reprendrons donc ses descriptions car nous n’avons pu voir qu’un grand mur, celui de l’église et, de loin, un mur de l’oratoire perdu dans une végétation très dense.
Deux édifices à l’abside semi-circulaire orientée vers l’est, se trouvaient, en effet, l’un à côté de l’autre.
Le mur nord, seul élément conservé de la grande église, constitue un des murs d’un hangar agricole. Il est composé de très petites pierres équarries et liées au ciment de chaux ; ces pierres, dont des galets coupés en deux, sont appareillées avec soin et régularité et se rapprochent de l’appareillage de Santa Maria d’Ortale, datée du second quart du 9e siècle.
Les trous de charpente résultent de l’écartement des pierres. Le mur que l’on voit actuellement bien dégagé était le mur intérieur de l’église, tandis que le mur intérieur du hangar était le mur extérieur !


Un rapide examen, fait par la FAGEC, a dégagé une partie du plan permettant de se faire une idée des dimensions de l’édifice ( environ 14,60 m x 6,80 ) et a mis au jour l’amorce de l’abside ainsi que les fondements d’une abside antérieure.
A quelques mètres au nord de l’église dédiée à Santa Maria Assunta, se dressent les vestiges d’un petit oratoire, entièrement envahi par la végétation et les oliviers.
Cet oratoire (ou baptistère ?) atteint environ 7 m x 4 m avec une porte sur le mur latéral nord.
Il est construit de galets de rivière noyés dans un mortier de chaux. Un seul décor : des bandes murales rythment l’extérieur du mur nord. De très faible section (0,30m), ces bandes étaient surmontées d’arcatures en plein cintre, hauts d’un peu plus de 3m délimitant des parties de murs larges de 0,80 m et 0,86m. Un trou de charpente résulte de l’écartement des galets. Une étroite fenêtre meurtrière semble avoir existé au sommet de ce mur ; son parement, ébrasé, subsiste en partie.
Pour les arcs des portes, on avait utilisé, semble-t-il, de petits blocs de tuffeau taillés en pointe.
L’abside est détruite.
Cet oratoire est peut-être contemporain des vestiges de la première abside et pourrait dater du début du 5e siècle et la seconde abside et le mur sud seraient du 9e siècle, datation bien trop haute pour R. Coroneo qui penche pour la première moitié du 11e siècle.


Non loin de là, au hameau d’Asprivu, une maison-forte en ruines réutilise des pierres qui proviendraient de l’église. Sur l’une d’elles, on peut lire l’inscription, IHS Me/M16 (31 ?) O… Ce serait avant 1631 que l’église servit de carrière après l’abandon de la plaine à cause des incursions barbaresques et de la malaria.
En 1589, Mgr Mascardi mentionne que dans la plaine de Covasina, il y a une église détruite avec un oratoire également détruit, distant d’un mille et demi du lieu de Covasina ; nommée la Batesca, elle porte le titre de plebania de Covasina.

Bibliographie

Coroneo R., Chiese romaniche della Corsica, 2005, p. 69-70, 130
Les églises piévanes de Corse de l’époque romaine au Moyen Age, XIX La piévanie de Covasina, Cahier corsica, 168-169, 1995, p. 187-198
Moracchini-Mazel G., Corsica Sacra, 2004, p. 210
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, t. p. 34-37, 39, t.2 p. 339