Sisco: San Giovanni Battista

Ancienne église piévane, la chapelle San Giovanni Battista date du 11e siècle ou du 12e siècle. L’abside a été remplacée par un mur plat mais elle conserve encore son volume d’origine, ses deux portes d’accès (murées actuellement) et une fenêtre meurtrière.

Situation géographiqueImprimer

Village:
Sisco
Chapelle:
San Giovanni Battista
Pieve:
Sisco
Diocèse:
Mariana

Coordonnées Google Earth:
42°48'36.93"N 9°28'42.66"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°48.619’N 009°28.707’E
Altitude:
30 m

Carte IGN:
Cap corse 4347 OT, à  l'ouest de la marine de Sisco, point 4284,2-584,1 marqué San Giovanni chap.

Accessibilité:
en voiture ; au lieu dit Pieve sur la D32 remontant la vallée du Sisco _

Modalités de visite:
fermée ; ne se visite pas

Datation:
11e siècle ou 12e siècle
Dimensions:
11,80 m x 7,10 m

Classement monument historique:
inv. topographique
24/08/2017:
29/04/2013

Galerie

Historique et description

Erigée dans la vallée au lieu-dit Pieve, la chapelle San Giovanni Battista était sans doute l’église piévane de Sisco.
Constituée d’une nef unique de 11,80 m x 7,10 m, elle est assez bien conservée même si des remaniements l’ont quelque peu transformée : l’abside semi-circulaire a été abattue et remplacée par un mur plat dans lequel a été percé une nouvelle porte d’accès. L’autel a donc été placé du côté ouest ce qui a nécessité la fermeture de la porte d’origine.
Elle est, en grande partie, recouverte de crépi sauf sur le mur nord. On y constate un appareillage de dalles larges bien taillées disposées en alternance avec des assises plus minces ce qui permettrait de dater l’édifice du milieu du 11e siècle ou du 12e siècle.
La façade occidentale porte encore le tracé d’une croix évidée au sommet du fronton et de la porte. Celle-ci est surmontée d’un linteau monolithe et d’un arc en plein cintre fait de claveaux délimitant un tympan nu.
Au-dessus de la porte : une pierre ornée d’un animal à quatre pattes mais mis à l’envers (sans doute un réemploi d’un édifice antérieur). Une autre porte, surmontée d’un linteau en bâtière, se situait sur le mur nord percé d’une fenêtre meurtrière surmontée d’un rectangle échancré en plein cintre.
Au sud de la chapelle, des ruines d’un petit édifice.

Bibliographie

Coroneo R., Chiese romaniche della Corsica, 2006, p. 118
Massiani St., La Corse et ses chapelles romanes, 1991, p. 31
Michel F., Pasqualaggi D., Carte archéologique de la Gaule, La Corse, 2013, p. 268
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, t. 2 p. 243-244

Internet


Culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr