Sisco: San Michele

La visite de la chapelle San Michele est un bon but de promenade en pleine nature et offre une vue superbe sur la vallée de Sisco et la mer. De plus cette chapelle du 11e siècle, ou du 12e siècle, impressionne par sa position, juchée sur un impressionnant éperon rocheux, et par le décor extérieur de son abside

Situation géographiqueImprimer

Village:
Sisco
Chapelle:
San Michele
Pieve:
Sisco
Diocèse:
Mariana

Coordonnées Google Earth:
42°49'26.90"N 9°25'41.47"E
Afficher la carte Google

Coordonées GPS:
42°49.453’N 9°25.689’E
Altitude:
419 m

Carte IGN:
Cap corse 4347 OT, au nord de Barrigione, point 4283,8-580 marqué San Michele chap.

Accessibilité:
en voiture : derrière l'église San Martino, prendre à  droite une route goudronnée. 700m plus loin, prendre à  gauche un chemin empierré à  suivre durant 600 m (avec trois épingles à  cheveux). Sur une petite place où la route fait une fourche, laisser la voiture sous les châtaigniers. A pied : suivre alors le sentier (20 min de marche)

Modalités de visite:
Clé à  la mairie (04 95 35 20 01)

Datation:
1e moitié 11e s (Moracchini, Coroneo), 12e s (Istria)
Dimensions:
10m x 6,90 m

Classement monument historique:
inv. topographique
17/12/2017:
29/04/2013

Galerie

Historique et description

Située en pleine nature au-dessus du hameau de Barrigione, la chapelle San Michele est un vrai joyau.
Dernier maillon entre le roman primitif et le pisan, elle se dresse sur un éperon rocheux dominant toute la vallée. Cet éperon porte encore les trous faits pour les échafaudages.
C’est sans doute une des rares chapelles dont la date d’édification est connue. L’abbé Agostini, curé de Sisco au 18e siècle, mentionne en effet une inscription (malheureusement effacée) portant la date de 1030 (M :XXX). Cette date n’est pas retenue par Daniel Istria qui place la construction de San Michele au 12e siècle par comparaison.
Bien proportionnée (10 m x 6,90 m), la chapelle est à nef unique terminée, à l’est, par une abside semi-circulaire voûtée en cul de four. Cette abside est construite en pierre de Sisco, un calschiste jaune orange fortement veiné et présente un décor de six pilastres peu saillants soutenant dix petits arcs soulignant la corniche, elle-même faite de deux rangées de pierres superposées.
Au centre, une fenêtre meurtrière, la seule fenêtre de l’édifice, est surmontée de claveaux. Le fronton oriental est percé d’une croix ajouré, motif que l’on ne retrouve plus sur le fronton occidental. Deux portes donnent accès à l’intérieur : la première, sur la façade occidentale, est surmontée d’un arc fait de deux rangs de claveaux sans linteau ni tympan, la seconde, sur le mur nord, ne présente qu’un simple linteau. Le mode de construction est bien visible : des pierres minces et longues alternent avec des chaînages de larges dalles disposées en revêtement.
A l’intérieur, deux caractéristiques : l’ arc triomphal à double ressaut et les linteaux des portes en bois et non en pierre comme dans les autres chapelles. La charpente, en châtaigniers, soutient une toiture faite de teghie.
Les trous de charpente sont encore bien visible et traversent toute l’épaisseur du mur. Une banquette court tout autour de l’abside.
L’autel, sur lequel trône une statue de Saint Michel terrassant un dragon à tête humaine, se dresse sur une petite estrade faite de quelques dalles de schiste. Le pavement semble, en grande partie, d’origine.
Chaque année, le 28 septembre, la chapelle revit pour la fête de son saint Patron.
En septembre 2003, de terribles incendies détruisirent toute la végétation alentour, mais la chapelle, isolée sur son éperon, n’a pas souffert.

Bibliographie

Arnoux-Gabrielli A., Eglises romanes de Corse, 2016, p. 180
Coroneo R., Chiese romaniche della Corsica, 2006, p. 61-63, 74, 76-78, 104
Corse médiévale, Guides archéologiques de France, 2014, p. 105
Istria D. dans Corsica Christiana, 2001, 2, p. 31 notice 51
Istria D., Pouvoirs et fortifications dans le nord de la Corse XIe-XIVe siècle, 2005, p. 117
Guide Bleu, Corse, 2009, p. 95
Guide Vert, Corse, 2009, p. 124
Haute Corse, Gallimard,2006, p. 161
Lonely planet, Corse, 2014, p. 63
Massiani St., La Corse et ses chapelles romanes, 1991, p. 30-31
Monuments de Corse, 2003, p. 30
Moracchini-Mazel G., Corse romane, 1972, p. 59-60
Moracchini-Mazel G., Les églises romanes de Corse, 1967, t. I p. 65, t. 2 p. 244
Sites remarquables vus du ciel, Corse 2, 2010, p. 13

Internet


Culture.gouv.fr/public/mistral/merimme_fr
France-romane.com
Jalladeauj.fr
Romanes.com
Verges.jeanmarie.free.fr